GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Un enfant, porteur du VIH, chassé de son village en Chine

    media Journée mondiale du sida, à Fuyang, province de l'Anhui, en Chine, le 1er décembre 2014. REUTERS/Stringer

    En Chine, le sort d’un enfant séropositif crée la polémique. Les habitants de son village natal, dans le Sichuan, ont envoyé une pétition aux autorités locales dans laquelle ils réclament l’expulsion du petit garçon. Selon des chiffres officiels publiés au début du mois, 497 000 personnes sont diagnostiquées avec le virus du sida en Chine. Mais la discrimination reste forte, surtout dans les zones rurales, comme le montre cette histoire qui suscite l’émotion sur internet.

    Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

    Plus de 200 villageois de Shufangya ont signé la pétition demandant l’expulsion de Kunkun pour « protéger la santé des habitants ». Kunkun est un garçon de 8 ans. Il a contracté le virus du sida à sa naissance en 2006. Sa mère l’a abandonné depuis. C’est son grand-père qui s’occupe de lui. « Personne ne joue avec moi », déclare l’enfant sur le site du journal officiel Le Quotidien du Peuple. Depuis son diagnostic en 2011, l’école refuse d’accueillir Kunkun en classe. Les villageois le fuient, le qualifiant de « bombe à retardement ».

    « Quel pauvre enfant ! Quelle froide société », écrit Yi di Yu sur Weibo, le Twitter chinois. Un autre internaute ajoute : « Qu’est-ce que ces villageois sont peu éduqués. » Au lieu de chasser le garçon séropositif du village, ce participant au débat virtuel lance une idée pour le moins originale : pourrait-on expulser les 200 signataires de la pétition à la place de Kunkun ? Dans le souci de calmer la polémique, Le Quotidien du peuple annonce que le Parti communiste allait mener « un travail idéologique » auprès des villageois de Shufangya.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.