GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Affaire Sony: la Corée propose une enquête conjointe aux États-Unis

    media Le dirigeant Kim Jung-un a proposé aux Etats-Unis de réaliser une enquête conjointe, dans l'affaire de piratage de l'entreprise Sony. REUTERS/KCNA

    La Corée du Nord a proposé aux États-Unis samedi 20 novembre de conduire une enquête conjointe sur la cyberattaque qui a visé le groupe cinématographique Sony. Les autorités nord-coréennes se disent la cible de calomnies de la part de Washington. Sony, en plus d’avoir été piraté, a subi des menaces qui ont conduit à la déprogrammation de L'interview qui tue, une satire du régime nord-coréen.

    Avec notre correspondante à Séoul, Marine Vidal

    L’agence centrale de presse nord-coréenne proteste dans un communiqué publié samedi matin. Le message est limpide : ce n’est pas nous. Et pourtant, pour le FBI, le piratage des mails de Sony vient bien de Pyongyang. L’information a été d’ailleurs publiée hier dans un communiqué.

    Pyongyang prend la parole et parle de diffamation. « Nous pouvons prouver que cet incident n’a rien à voir avec nous », affirme le régime. La solution proposée par la Corée du Nord est donc une enquête conjointe avec les États-Unis. Et de préciser que si Washington refusait, il faudrait se préparer à de lourdes conséquences.

    Pour l’instant, on ne sait vraiment qu’une chose de ce piratage qui date de novembre, c’est qu’il viendrait d’un groupe s’appelant les « Gardiens de la paix ». Il a quand même eu une conséquence directe sur la sortie en salle du film L’Interview qui tue : elle ne se fera pas. Dans ce film, deux journalistes sont embarqués dans un complot de la CIA pour assassiner le président Kim Jong-un. Un sujet gênant pour un leader dont l’image est tellement centrale à sa politique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.