GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Cambodge: le temple d’Angkor Vat célébré par une vaste escroquerie

    media La scène et les gradins de bois construits en décembre 2013 pour trois concerts au coeur du temple d'Angkor Vat. RFI / Pheary

    Un concert organisé en décembre 2013 au Cambodge par une association française pour célébrer le temple d'Angkor Vat et le Ballet royal s'est révélé être une vaste escroquerie. Quasiment aucun fournisseur et prestataire n'a été payé. La France et l'Unesco, associées à l'opération auraient été victime d'une arnaque.

    C'est une histoire pour le moins embarrassante pour nos ambassades de France au Cambodge et en Birmanie, une honorable institution comme l'Unesco et plusieurs grands groupes industriels qui ont parrainé une manifestation sans prendre toutes les précautions d'usage.

    C’est une histoire d'escroquerie vieille comme le monde qui met en scène une société organisatrice, Khloros Concert, et une séduisante usurpatrice ayant beaucoup d'entregent. C'était il y a un peu plus d'un an. En décembre 2013, l'Unesco entend célébrer les 10 ans du classement du Ballet royal du Cambodge ainsi que le vingtième anniversaire du Comité de sauvegarde du site d'Angkor dont la présidence est assurée par la France et le Japon. Un projet de concerts dans le temple d'Angkor Vat organisés par l'association Khloros Concert va remporter la mise. L'événement est même parrainé par le roi du Cambodge. La directrice artistique Odile Perceau s'improvise chef d'orchestre pour un résultat que l'ancienne ministre de la Culture Aurélie Filippetti qualifie aujourd'hui de « nullissime ».

    De généreux et mystérieux donateurs privés devaient financer le projet. Un an plus tard, il manque 600 000 euros et la plupart des artistes ou fournisseurs n'ont pas été payés. Des plaintes ont été déposées contre la fondatrice de Khloros Concert,  désormais aux abonnés absents.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.