GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Présidentielle au Sri Lanka: défaite du président sortant

    media Le candidat victorieux de la présidentielle sri lankaise Mithripala Sirisena, le 8 janvier 2015. REUTERS/Stringer

    Le président sortant du Sri Lanka, Mahinda Rajapakse a reconnu vendredi sa défaite à l'élection présidentielle, à l'issue d'un scrutin très serré. Le candidat de l'opposition Maithripala Sirisena, un ancien allié et ministre du président, remporte une large victoire avec 51,7% des voix.

    Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

    Au Sri Lanka, le président sortant Mahinda Rajapakse, homme fort du pays depuis 10 ans, vient d'admettre sa défaite lors de l'élection présidentielle d'hier. Son opposant, Mahitripala Sirisena, un ancien allié et ministre du président a remporté 51,7 % des voix. L'homme de la paix, comme il se présentait, est tombé. Mahinda Rajapaksa avait construit sa popularité sur la victoire de l'armée sri lankaise contre les Tigres Tamouls en 2009, et la relance économique née grâce à la fin de la guerre civile.

    Mais ce triomphe s'est fait dans un bain de sang et la répression de la minorité tamoule, s'était intensifiée par la présence de plus de 35 000 miliaires dans le nord de l'île, soit un soldat pour 28 habitants. Maithripala Sirisena s'est appuyée sur cette contestation, ainsi que sur les accusations de népotisme qui pesait sur le clan de l'ex-président. Ce ministre de la santé du gouvernement sortant a ainsi réussir à rassembler une coalition arc-en-ciel, composée autant des partis tamouls que d'extrêmistes bouddhistes.

    Le défi sera maintenant de parvenir à gouverner avec le soutien de ces deux forces habituellement opposées. Une chose, cependant, ne devrait pas changer : le nouveau président-élu a annoncé qu'il ne retirerait pas l'armée du nord du Sri Lanka.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.