GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Un gouvernement d'union pour l'Afghanistan

    media Le président afghan Ashraf Ghani. REUTERS/Mohammad Ismail

    Il aura fallu trois mois de difficiles négociations mais c’est officiel, l’Afghanistan a enfin un gouvernement. Le président a dévoilé lundi la composition de la nouvelle équipe d’union nationale, comprenant 25 ministres dont 3 femmes et un subtil équilibre entre les partisans d’Ashraf Ghani et ceux de son chef de l’exécutif et ancien rival, Abdullah Abdullah.

    Ce nouveau gouvernement suscite à la fois le soulagement et l’expectative. Le soulagement, car la crise politique menaçait non seulement de laisser libre champ aux talibans mais aussi de plomber l’économie. L'expectative, car les défis à relever sont considérables.

    Ashraf Ghani avait promis de nommer son équipe sur des critères de compétence, et de fait, les ministères régaliens sont confiés à des hommes d’expérience. Pour ces mêmes ministères un subtil équilibre a été respecté : à la Défense et aux Finances, deux proches du président, aux Affaires étrangères et à l’Intérieur, deux proches d’Abdullah Abdullah.

    C’est l’ancien chef du Haut conseil pour la paix, Salahuddin Rabbani, fils d’un ancien président, qui dirigera désormais la diplomatie afghane.

    Mais le nouveau gouvernement fait aussi une large place à la jeune génération et à des personnalités peu expérimentées, parfois nommées pour satisfaire à l'équilibre politique. Il devra rapidement prouver sa capacité à s'entourer d'une équipe de professionnels, sans céder au népotisme tant reproché au gouvernement d'Hamid Karzai.

    Parmi les dossiers les plus urgents, la lutte contre la corruption et le développement économique. Mais de la solidité de la nouvelle équipe dépend aussi la sécurité du pays. Les talibans auraient refusé une offre du président Ghani d'y participer, ils se tiennent prêts en cas d'échec à revenir sur le devant de la scène.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.