GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Charlie Hebdo: pour le pape, la liberté d’expression a des «limites»

    media Jusqu'à 6 millions de personnes sont attendues pour la messe du pape François dimanche à Manille. REUTERS/Osservatore Romano

    Liberté d’expression pour certains, provocation pour d’autres, la dernière édition de Charlie Hebdo, réalisée par les survivants du journal satirique, suscite beaucoup de réactions. Pour le pape François, la liberté d’expression ne donne pas le droit d’insulter la foi d’autrui. Une déclaration qu'il a faite dans l’avion qui le menait aux Philippines.

    Avec notre envoyé spécial à Manille, Antoine-Marie Izoard

    A bord de l’avion entre Colombo et Manille, le pape François a passé pas moins de trois quarts d’heures avec les journalistes qui l’accompagnent. Interrogé par un journaliste français, il a clairement fait référence à l’attaque terroriste de Paris contre la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo il y a huit jours.

    Il a expliqué qu’il existait des « limites » en matière de liberté d’expression. S’il a assuré que chacun avait « le droit », même « l’obligation de dire ce qu’il pense pour aider le bien commun », le souverain pontife a fait comprendre que ceux qui provoquent ou offensent peuvent s’attendre à une réaction. S’il a réaffirmé avec force que « tuer au nom de Dieu » était une véritable « aberration », le chef de l’Eglise catholique a soutenu que l’on ne pouvait pas « provoquer » ou « insulter la foi des autres ».

    Egalement interpellé sur les menaces du terrorisme islamique qui pèsent sur lui et le Vatican, le pape François s’est dit d’abord « préoccupé » pour les fidèles, avant d’ajouter : «J’ai peur, mais vous savez j’ai un défaut, j’ai une bonne dose d’inconscience ! » Puis il a déclaré avoir demandé au Seigneur, s’il devait être assassiné un jour, « la grâce » de ne pas souffrir. Et de confier, en souriant, aux journalistes : « Je ne suis pas très courageux devant la douleur ! »

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.