GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Tempête diplomatique après l’exécution d’étrangers en Indonésie

    media Le nouveau président indonésien, Joko Widodo, avait promis de faire des droits de l’homme une priorité. REUTERS/Beawiharta

    Dans la nuit de samedi à dimanche, six personnes ont été exécutées pour trafic de drogue, six personnes dont cinq étrangers venant du Vietnam, du Malawi, du Nigeria, du Brésil et des Pays-Bas. Les gouvernements de ces deux derniers pays avaient déposé des recours de dernière minute, qui n’ont donc pas abouti, ce qui a déclenché une véritable tempête diplomatique : Brasilia et Amsterdam ont rappelé leurs ambassadeurs.

    Dilma Rousseff est furieuse, plus précisément la présidente brésilienne est « angoissée et indignée » que Jakarta ait ignoré ses appels répétés à la clémence. Cette application de la peine de mort « affecte gravement les relations entre nos deux pays », a indiqué un porte-parole. Le ministre néerlandais des Affaires étrangères se dit, de son côté, « extrêmement triste » et « de tout cœur avec les familles » des six personnes exécutées.

    L’Indonésie avait suspendu ces exécutions en 2008 avant de les reprendre en 2013, peu avant l’élection du nouveau président Joko Widodo qui a promis de faire des droits de l’homme une priorité. « L’exécution de ces six personnes viole ces engagements », regrette l'ONG Amnesty International.

    Mais le président indonésien avait prévenu dès son arrivé au pouvoir qu’il n’y aurait « aucune possibilité de clémence » pour les condamnés, affirmant que le pays est en « état d’urgence » en matière de drogue. Selon les autorités, jusqu'à 50 personnes meurent chaque jour dans le pays suite à leur addiction.

    Soixante personnes sont aujourd’hui dans le couloir de la mort en Indonésie pour des affaires liées à la drogue. La moitié de ces détenus sont des étrangers, dont un Français condamné en 2007 à la peine capitale pour avoir travaillé dans un laboratoire clandestin de production d’ecstasy. De source diplomatique française, on précise que Paris est toujours mobilisé pour que cette exécution n'ait pas lieu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.