GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 7 Décembre
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rescapé du camp 14 en Corée du Nord, il revient sur son témoignage

    media Shin Dong-hyuk devant son livre «Rescapé du camp 14». REUTERS

    Un aveu vient relancer le débat autour de la parole des réfugiés nord-coréens. Shin Dong-hyuk fait volte-face. «Rescapé du camp 14», c'est le titre de son ouvrage dans lequel il revenait sur son expérience dans les camps de concentration de Corée du Nord. Le désormais célèbre auteur a avoué avoir menti sur plusieurs points. 

    Shin Dong-hyuk affirmait dans son livre avoir passé toute sa vie dans l’effroyable camp 14, un camp de haute sécurité en Corée du Nord. Il serait parvenu à s’échapper à l’âge de 22 ans, en grimpant par-dessus le cadavre d’un autre détenu, pour franchir des barrières électrifiées. Mais aujourd’hui, il dit avoir été transféré à l’âge de 6 ans, avec sa mère et son frère, dans le camp 18, un camp aux conditions de détention relativement meilleures que le camp 14. Il déclarait que les gardes lui avaient coupé un doigt pour le punir après avoir fait tomber une machine à coudre. Aujourd’hui, il dit que c’est parce qu’il s’était échappé de ce camp 18 et qu’il avait été rattrapé. Enfin, il affirmait avoir été torturé à l’âge de 13 ans. En réalité, ces faits se sont passés plutôt vers l'âge de 20 ans.

    La Corée du Nord veut discréditer Shin Dong-hyuk

    Sur sa page Facebook, Shin Dong-hyuk a présenté ses excuses. Il a justifié ces changements en déclarant qu’il avait voulu éviter de « revivre encore et encore ces moments douloureux ». Une vidéo de propagande diffusée en novembre par la Corée du Nord est certainement à l'origine de ces aveux. Le régime de Pyongyang est furieux contre Shin Dong-hyuk ; car son témoignage fait partie de ceux qui ont permis le vote d’une résolution de l’ONU qui accuse le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un de crimes contre l’humanité. La Corée du Nord a fait beaucoup d’efforts pour discréditer Shin. Il a diffusé une vidéo qui montre son père qui accuse son fils de menteur – sans doute sous la contrainte. Mais ce père a été reconnu par une ancienne détenue du camp 18, et plusieurs réfugiés se sont mis à douter du fait que Shin avait bien grandi dans cet effroyable camp 14.

    Appel à l'indulgence vis-à-vis du rescapé

    Sous la pression, le jeune réfugié a fini par modifier son histoire. Ce qui soulève beaucoup d’inquiétudes parmi ceux qui ont déjà beaucoup de difficulté pour rendre la Corée du Nord responsable de ses violations des droits de l’homme. Cette affaire ne remet pas en cause la réalité de l’horreur du goulag nord-coréen. La partie la plus importante du témoignage de Shin tient toujours. Ses cicatrices causées par des mois de torture ont été authentifiées par des médecins. Son corps porte les séquelles de la malnutrition et du travail forcé subis quand il était enfant.

    De plus, les changements de son histoire ne remettent pas du tout en question les conclusions de la commission d’enquête de l’ONU, qui se base sur plus de 300 témoignages, et sur des photos satellites des camps. Beaucoup appellent à la compréhension pour Shin Dong-hyuk, et rappellent que les réfugiés nord-coréens souffrent d’immenses traumatismes, ainsi que de la culpabilité de voir leur famille laissée derrière eux être punie à leur place. L’affaire soulève enfin le problème de la parole de ces transfuges et des difficultés à confirmer leurs témoignages. Les réfugiés ont parfois tendance à dire ce que leurs interrogateurs attendent d’eux, et à noircir davantage leurs histoires - qui pourtant n’ont pas besoin de ça.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.