GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le Japon sous le choc du terrorisme islamiste

    media Manifestation de soutien à Kenji Goto, le 25 janvier à Tokyo. REUTERS/Yuya Shino

    Les condamnations internationales se multiplient après l'exécution de l'un des deux otages japonais par le groupe Etat islamique. Le président américain Barack Obama a réagi le premier, exprimant sa solidarité avec le peuple japonais. Le Premier ministre Shinzo Abe a qualifié « d'ignoble et d'impardonnable » le meurtre d'Haruna Yukawa, annoncé hier samedi 24 janvier par une vidéo mise en ligne. Le Japon est sous le choc.

    Après les Etats-Unis, le Royaume-Uni, et bien d'autres pays, c'est donc au Japon d'être directement touché par le terrorisme islamiste. Les images d'un otage japonais brandissant la photo de ce qui semble être le corps décapité d'Haruna Yukawa a provoqué une vague d'indignation dans le pays. Même si le gouvernement dit encore vérifier l'authenticité de la vidéo, les réactions officielles ne laissent plus de place aux doutes.

    Tous les responsables politiques ont condamné cet assassinat. Le père de la victime, interviewé par les chaînes de télévisions, était effondré. Haruna Yukawa a été probablement capturé en août 2014. A 43 ans, il travaillait pour une société de sécurité en Irak où il est allé refaire sa vie après avoir perdu sa femme et son emploi.

    Le gouvernement japonais tente à présent de libérer le deuxième otage, Kenji Goto, un journaliste indépendant. Afin d’y arriver, les autorités sollicitent l'aide d'autres pays, à commencer par la Jordanie. C'est là où l'Irakienne Sajida Rishawie, condamnée à mort pour un attentat suicide, est détenue. Le groupe Etat Islamique exige sa libération contre celle de l'otage japonais.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.