GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Immigration en Australie: la Haute Cour donne raison à Tony Abbott

    media Tony Abbott, le 16 décembre 2015 à Sydney. AFP PHOTO/Peter PARKS

    La Haute Cour de justice australienne a rendu son verdict : la décision qu’avait prise le gouvernement l’an dernier de détenir 157 demandeurs d’asile en pleine mer pendant un mois est légale. Une décision qui conforte le Premier ministre Tony Abbott dans sa politique extrêmement dure envers les migrants.

    C’est l'un des 157 migrants sri-lankais qui avait porté plainte, alors que tous sont retenus sur l’île de Nauru en attendant que leur statut soit défini : sont-ils des réfugiés ou pas ? Quoiqu’il arrive, ils ne seront pas accueillis sur le territoire australien.

    Pour sa détention pendant un mois, en pleine mer et en secret, dans un bateau des douanes australiennes, le plaignant ne touchera donc aucune compensation. Ses avocats sont évidemment déçus, mais ils ont souligné qu’il était important que ces questions graves soient soumises à la Haute Cour.

    La Haute Cour qui donne donc une large latitude au gouvernement, d’autant que lorsque ce bateau de migrants avait été intercepté en juin dernier par les Australiens, il était encore dans les eaux internationales.

    Sur ces questions, le gouvernement de Tony Abbott joue souvent avec les limites de la légalité : il a déjà dû présenter ses excuses à l’Indonésie, dont il a violé à plusieurs reprises les eaux territoriales en y remorquant des embarcations de migrants.

    Du côté, des organisations de défense des droits de l’homme, on reproche à Canberra de ne pas respecter la loi internationale en renvoyant certains demandeurs d’asile dans leurs pays où ils sont persécutés. Elles dénoncent également les conditions de détention des migrants dans les camps de rétention de Nauru et de Papouasie-Nouvelle-Guinée, des camps surpeuplés et à l’hygiène exécrable où deux jeunes Iraniens sont morts l’an dernier.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.