GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Retenu depuis plus de quatre mois et demi au Yémen, le Français Alain Goma a été libéré, selon l'Elysée.

    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Disparition du vol MH370: les proches des victimes chinoises en colère

    media Des familles des victimes chinoises de «l'accident» du vol MH370 de Malaysia Airlines, à Pékin, repoussées par la police alors qu'ils répondent à des interviews, le 30 janvier 2015. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

    Près de 11 mois après la disparition du vol MH370, le gouvernement malaisien a déclaré qu'il s'agissait d’un accident et que tous les passagers à bord sont vraisemblablement morts. Cette déclaration a ravivé la douleur des proches. Les deux tiers des victimes étaient de nationalité chinoise et beaucoup de familles refusent d’accepter cette conclusion de Kuala Lumpur. Le Premier ministre Li Keqiang a affirmé que le gouvernement partageait la peine des proches, mais cela n’a pas suffi de calmer la colère des familles des victimes.

    Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

    Abasourdi par l’annonce du gouvernement malaisien, Mme et Monsieur Li arrivent au centre d’accueil près de l’aéroport. Après 328 jours d’attente insoutenables, ils ne sont pas prêts à croire que leur fille est morte.

    Mme Li exprime sa frustration : « Je suis en colère. Ils ont annoncé que l’avion a eu un accident sans apporter la moindre preuve. Je trouve cela irresponsable. Les responsables nous cachent la vérité. Il faut qu’ils nous rendent nos proches rapidement. »

    La déclaration que la disparition du vol MH370 était un accident permettra de payer 110 000 dollars à chacune des familles des 239 passagers à bord. Mais Mme et Monsieur Li refuseront cette indemnisation – par crainte que cela puisse servir de prétexte pour arrêter la recherche de l’avion disparu.

    Mr Li souhait la poursuite des recherches : « On a été courant que cette annonce devait se faire. Du coup, on s’est tourné vers le gouvernement chinois en espérant qu’il puisse empêcher la Malaisie de faire ça, puisqu'aucune preuve n’a été apportée. »

    Mr Li n'a pas le temps de terminer sa phrase que la police arrive et l'empêche de parle. Les familles des victimes sont déçues par le peu de soutien qu’ils ont reçu de la part du gouvernement jusqu’à présent. Mais elles n’ont pas le droit de le dire librement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.