GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Pékin accuse Londres de «jeter de l'huile sur le feu» après l'agression d'une ministre hongkongaise
    • Chutes de neige en France: 300 000 foyers privés d'électricité dans quatre départements (Enedis)
    • Le président lituanien gracie deux espions russes (officiel)
    • Chili: près de 200 manifestants éborgnés par les forces de l'ordre depuis le début de la crise sociale (INDH)
    • Chili: le Parlement convoque un référendum afin de réviser la Constitution de Pinochet (officiel)
    Asie-Pacifique

    L'Australie durcit le ton concernant la lutte contre le terrorisme

    media Tony Abbott, le Premier ministre australien devant le parlement à Canberra, le 23 février 2015. REUTERS/David Gray

    Deux mois après la prise d'otages dans un café de Sydney, l'Australie durcit ses lois antiterroristes. Un plan de lutte est mis en place dans la foulée de la publication du rapport sur la gestion de l'attaque terroriste. Selon le rapport, les différentes agences gouvernementales ont bien fait leur travail. Mais le Premier ministre n'est pas d'accord. Tony Abbott pointe « l'échec du système australien », en prenant l'exemple du preneur d'otage Man Haron Monis, « le monstre », comme l'appelle Tony Abbott.

    De notre correspondante à Sidney,

    Première défaillance du système selon Tony Abbott, le terroriste australien n'aurait jamais dû être libéré, alors que ses liens avec le monde terroriste étaient connus depuis longtemps. Man Haron Monis prétendait par exemple avoir des informations sur al-Qaïda. Au moment de la prise d'otages, il était en liberté sous caution, en attente de son jugement pour complicité du meurtre de son ex-femme. Et il avait déjà été mis en examen pour 40 agressions sexuelles. Les juges devront désormais vérifier que le prévenu n'a pas de liens avec une entreprise terroriste, avant de décider de sa libération sous caution.

    Signalements des activités sur les réseaux sociaux

    Autre faille dans le système australien: trois jours avant la prise d'otages, en décembre, la police a reçu 18 signalements concernant Man Haron Monis. A chaque fois, des internautes inquiets signalaient des incitations au terrorisme diffusée par Monis sur sa page Facebook. Mais, pour la police, il s'agissait d'un homme dérangé qui avait besoin d'attirer l'attention, mais pas d'un terroriste en puissance. Là encore, une décision jugée raisonnable dans le rapport, mais pour Tony Abbott, il s'agit d'un dysfonctionnement. Le gouvernement australien va durcir les sanctions pour les incitations à la haine et au terrorisme.

    Promotion des valeurs australiennes via internet

    Le Premier ministre a critiqué Hizb ut-Tahrir, l'organisation qui promeut un califat mondial régi par la charia. Elle pourrait être prochainement interdite. Parallèlement, le gouvernement australien va diffuser sa contre-propagande sur internet. Objectif: promouvoir les valeurs australiennes, pour contrer les messages des jihadistes. À cela, il faut ajouter le projet de loi de conservation des données Internet et téléphone de chaque Australien pendant deux ans. Un projet controversé, mais Tony Abbott a dit hier qu'il faudrait « redessiner la ligne de démarcation entre la protection des libertés et la sécurité nationale ».

    Déchéance de nationalité pour les terroristes bi-nationaux

    La réforme concerne également les terroristes australiens qui partent combattre dans les rangs du mouvement de l'Etat islamique actuellement. Une grande partie d'entre eux sont sortis avec leur passeport, sans être inquiétés par les autorités australiennes. Et plus de 30 sont déjà rentrés en Australie. La réforme en cours va permettre aux autorités de leur interdire l'entrée sur ou la sortie du territoire australien. Et ils n'auront plus droit à l'assistance consulaire, ni à aucune allocation de l'État providence australien. Quant aux terroristes binationaux, ils perdront tout simplement leur passeport australien.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.