GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Mai
Mardi 23 Mai
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
Aujourd'hui
Samedi 27 Mai
Dimanche 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Aux Maldives, c'est la prison pour l'ancien président Mohamed Nasheed

    media La semaine dernière, Mohamed Nasheed avait exprimé sa crainte d'être arrêté. Photo: AFP

    Aux Maldives, l’ancien président Mohamed Nasheed est en prison. Arrêté dimanche 22 février pour terrorisme, la justice lui a refusé le lundi la liberté sous caution. Il encourt dix ans de réclusion pour avoir fait arrêter le président de la cour criminelle lorsqu’il était au pouvoir. Mohamed Nasheed avait été le premier président démocratiquement élu du pays, en 2008, avant de démissionner quatre ans plus tard suite à une mutinerie de la police. Un « coup d’Etat déguisé », selon l’intéressé, qui a plongé le paradis touristique dans l’instabilité. Des centaines de sympathisants du Parti démocratique des Maldives sont descendus dans la rue à l’annonce de cette arrestation.

    La semaine dernière, Mohamed Nasheed avait exprimé sa crainte d'être arrêté. Et, coincidence ou non, son arrestation intervient à quelques jours d'une grande manifestation contre le gouvernement prévue le vendredi 27 février. Pour l’opposition c'est clair, le président Abdulla Yameen tente désespérément de s’accrocher au pouvoir malgré un mécontentement croissant dans le pays.

    Instabilité chronique

    L'instabilité politique qui mine les Maldives depuis 2012 s’étend désormais à l’entourage présidentiel. Abdulla Yameen vient de faire arrêter son ministre de la Défense, soupçonné de vouloir le renverser, et il a perdu le soutien d'un allié de poids, puissant homme d'affaires qui a rejoint l'opposition.

    Préoccupation

    Le Royaume-Uni et l’Inde ont exprimé leur préoccupation et appelé au calme. Narendra Modi est attendu dans l'archipel le 15 mars. Sera-t-il tenté d'intervenir dans les affaires intérieures du pays ? l'opposition le souhaite, et elle avance deux arguments auxquels le président indien pourrait être sensible : selon Mohamed Nasheed, le gouvernement d'Abdulla Yameen faciliterait le recrutement de jihadistes par l'organisation Etat islamique et se rapprocherait de la Chine au détriment de l'Inde.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.