GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Tadjikistan: soupçons de fraudes après la victoire du parti au pouvoir

    media Bourrages d'urnes, manque de respect des procédures de comptage... Pour les observateurs, difficile de garantir l'honnêteté de ces élections législatives au Tadjikistan. REUTERS/Nozim Kalandarov

    Au Tadjikistan, sans surprise, le parti au pouvoir a remporté les élections législatives de dimanche avec plus de 65% des suffrages. Les observateurs internationaux ont fait part de nombreuses irrégularités. Le principal parti d'opposition, écarté, a dénoncé des fraudes massives.

    « L'honnêteté de ce vote ne peut être garantie », a déclaré le chef de la délégation du Parlement européen, l'un des quelque 500 observateurs chargés de superviser l'élection. Il a évoqué des bourrages d'urnes et un manque de respect des procédures de comptage. Exemple : une personne allant glisser les bulletins dans l'urne pour tous les membres de sa famille ou des scrutateurs indiquant aux électeurs pour qui voter.

    Le Parti démocratique populaire du Tadjikistan du président Emomali Rakhmon a donc remporté haut la main ces élections législatives. Il occupera la grande majorité des 63 sièges du Parlement. Trois autres partis ont recueilli 5 % des suffrages.

    Et pour la première fois, le Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan (IRPT) n'a obtenu aucun siège. Principale opposition au parti présidentiel contre lequel il s'est battu au cours de la guerre civile entre 1992 et 1997, il dénonce des fraudes massives. L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a reçu des plaintes de l'IRPT et du Parti social-démocrate faisant part de pressions au cours de la campagne.

    Au pouvoir depuis 22 ans dans ce petit pays, le plus pauvre d'Asie centrale, le président Rakhmon avait été réélu en novembre 2013 pour sept ans avec plus de 83% des voix.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.