GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pam: le président du Vanuatu met en cause le réchauffement climatique

    media Baldwin Lonsdale, le président du Vanuatu. REUTERS/Issei Kato

    « Tout est à reconstruire » au Vanuatu, c'est le constat du président de ce petit archipel du Pacifique Sud après le passage du cyclone Pam. Baldwin Lonsdale appelle donc la communauté internationale à l'aide. Ironie du sort, il participait à une conférence à Sendaï au Japon sur la prévention des catastrophes naturelles. Et le dirigeant du Vanuatu s'est même risqué à désigner un responsable : le réchauffement climatique.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    « Les petits Etats insulaires du Pacifique Sud comme le Vanuatu sont plus vulnérables que d’autres au dérèglement climatique », a déclaré le président du Vanuatu, Baldwin Lonsdale à Sendaï. Et d’ajouter : « Le réchauffement climatique a contribué à la violence du cyclone Pam qui a dévasté son archipel. »

    En 2005 déjà, les Nations unies considéraient les habitants du Vanuatu comme les tout premiers réfugiés climatiques de la planète. Rachel Kyte, une vice-présidente de la Banque mondiale, note à Sendaï que ces quatre dernières années, l’archipel du Vanuatu a été frappé par des cyclones de catégorie 5 (la plus élevée) et que le changement climatique a un lien avec une telle fréquence, inédite.

    Selon Rachel Kyte, il est indéniable que cette partie de l’océan Pacifique s’est réchauffée et que la violence des vents des cyclones s’est intensifiée avec des rafales dépassant les 300 km/h. Dans l’archipel de Vanuatu, à la hausse du niveau de la mer, se superpose un autre phénomène : l’affaissement d’un centimètre par an de ces îles. Un affaissement qui s’explique par des séismes fréquents.

    ANALYSE
    Plus la température de la planète va se réchauffer plus les risques d'avoir des cyclones très puissants vont augmenter.
    Hervé Le Treut Climatologue 16/03/2015 - par Christine Siebert Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.