GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: cachez ces menstruations que je ne saurais voir

    media Un train pour femmes, en Inde, en février 2015, à Allahabad. AFP PHOTO / SANJAY KANOJIA

    L'application de partage de photos Instagram a provoqué un tollé la semaine dernière, quand une artiste indienne, en résidence au Canada, a posté sur son compte une photo de sa sœur, où l'on voyait une tâche de sang provoquée par un début de règles, et qu'Instagram l'a retiré à deux reprises. Cette décision a lancé un large débat en Inde sur le tabou des règles, et les discriminations que subissent les femmes qui les ont.

    Avec notre correspondant à New Dehli.

    Pourtant, la photo ne montrait rien de plus qu’une femme allongée et habillée d'un pyjama, même pas aguichant ni dénudée, et cette tâche de sang, clairement provoquée par ce début de règle. Rupi Kaur, une artiste indienne, a pris cette photo de sa sœur dans le cadre d'une série dont l'objectif était justement de mettre en valeur cette période mensuelle qui rappelle à la femme qu'elle a la capacité de procréer. Ce processus est douloureux, rappelle la photographe en montrant également cette femme avec une bouillotte sur le ventre, mais il est naturel. Instagram a retiré tout de même la photo, à deux reprises, car cela aurait violé les règles communautaires.

    Une décision excessive d’Instagram

    Mais ce règlement interdit la publication d'activités illégales, de personnes nues ou qui se mutilent : rien sur ces fameuses menstruations. Cela a provoqué un vrai tollé sur la toile, qui a poussé Instagram, un réseau détenu par Facebook, à la republier en s'excusant, affirmant que c'était une erreur de jugement d'un employé. Le débat est cependant loin d'être clos ici en Inde, où le tabou est encore énorme : dans beaucoup de familles, les femmes n'ont pas le droit d'entrer dans la cuisine pendant le temps de leurs règles, et tout ce qu'elles touchent sera nettoyé. Certains les enferment dans une chambre pendant des jours. Interdit également d'entrer dans un temple. Il y en a même un, au Kerala, qui interdit toute femme d'y mettre un pied entre le jour de ses premières règles adolescentes et sa ménopause !

    Un mouvement grandit pour condamner ces discriminations

    Partant des classes privilégiées et des universités, un mouvement grandit pour condamner ces discriminations : une actrice en a fait l'objet de sa chronique dans un grand journal, des étudiants d'une université de Delhi et de Calcutta ont plaqué des serviettes hygiéniques non-utilisées sur des murs avec des messages demandant le respect des femmes violées, afin de briser le tabou autour des règles tout en sensibilisant les hommes au problème des violences faites aux femmes. Les problèmes sont liés, affirment ces étudiants : dans les deux cas, on parle du respect du corps des femmes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.