COP 21: une contribution chinoise très attendue - Asie-Pacifique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

COP 21: une contribution chinoise très attendue

media Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius (g.), et son homologue chinois Wang Yi, le 15 mai à Pékin. REUTERS/Goh Chai Hin/Pool

Après deux jours en Chine, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, est reparti vers l’Europe. En début de semaine, il doit se rendre à Bonn pour participer à une réunion préparatoire pour la Conférence sur le réchauffement climatique (COP 21) prévue en fin d’année 2015 à Paris en présence de 195 pays. Mais, sans la contribution de la Chine, premier émetteur mondial de gaz à effet de serre - et des Etats-Unis - cette conférence serait vouée à l’échec. Or, difficile de connaître les desseins de Pékin.

« Ce qui est positif, […] c’est que les autorités chinoises sont vraiment décidées à aller vers une action contre le dérèglement climatique. » C’est ce qu’a assuré Laurent Fabius, à son retour de Chine, et alors qu’il doit se rendre à Bonn, en Allemagne, pour préparer la COP 21, la grande conférence sur le climat qui doit se tenir en France en décembre 2015. Un rendez-vous qu'il aborde « positivement, mais en même temps, prudemment ».

L'objectif affiché pour ce grand raout, qui réunira 195 pays et l'Union européenne, est de trouver un accord censé limiter la hausse de la température du globe à 2°C, en comparaison avec l'ère pré-industrielle. Mais si Pékin et Washington ne s'engagent pas, « évidemment ça voudrait dire que l’action est vouée à l’échec », concède le chef de la diplomatie française.

 → A (RE)LIRE : 2015 : une année cruciale pour le climat

Alors que va faire la Chine ? Selon Laurent Fabius, la contribution chinoise à la COP 21 sera connue « dans les prochaines semaines ». Bruxelles et Washington ont déjà communiqué la leur en mars. La Chine, mais également l'Inde, sont particulièrement attendues au tournant. « On voit qu'il y aura beaucoup d'énergies renouvelables dans les propositions chinoise et indienne, mais il y a encore beaucoup de charbon dans leur mix énergétique », souligne ainsi Laurence Tubiana, représentante spéciale de la France sur le sujet.

L'Inde pourrait ainsi être l'un des derniers grands pays à faire connaître sa contribution. Quant à la Chine, elle s'était fixée pour objectif, en novembre dernier, un pic de ses émissions de gaz à effet de serre « autour de 2030 ».

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.