GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    L’armée chinoise bannit les montres connectées

    media Pékin a interdit à ses troupes l'usage des montres ou lunettes connectées qui menacent, selon elle, «la sécurité militaire». Billy H.C. Kwok/Bloomberg via Getty Images

    L’armée chinoise ne badine pas avec sa cybersécurité. Régulièrement accusée par Washington de mener elle-même d’importantes attaques contre des entreprises et administrations américaines, l’Armée populaire de libération riposte. Les montres connectées, c'est-à-dire reliées à Internet, sont désormais bannies des casernes.

    De notre correspondante à Pékin,

    Tout est parti d’une photo prise avec une montre connectée. Un soldat voulait visiblement frimer un peu avec le cadeau d’anniversaire qu’il avait reçu de sa petite amie mais lorsque son supérieur a vu sa recrue prendre une photo de ses camarades avec sa montre, il lui a tout de suite confisqué l’objet en question, tout en signalant l’incident à sa hiérarchie. Le couperet est tombé peu après.

    Les quelque deux millions de soldats chinois ont reçu l’ordre de ne plus utiliser les montres, ni d’ailleurs les lunettes connectées. Celui qui ne respecte pas cette interdiction sera accusé de violer les règles du secret militaire. Car l’ennemi guette : grâce à ces gadgets internet, l’adversaire « peut parfaitement repérer les positions de l’armée et mettre en danger des opérations militaires », explique le quotidien de l’Armée populaire de libération.

    L’armée prend ses précautions

    Là, ce sont les soldats qu’on prive de montres connectées, mais leurs épouses et petites amies ne sont pas à l’abri non plus. Il y a un mois, l’armée a mis en garde les proches des soldats contre l’utilisation de la micro-messagerie WeChat, le pendant chinois de  Whatsapp, qui permet notamment des conversations de groupes.

    Les épouses sont priées de ne plus publier des photos de leurs maris en uniforme ou de révéler des informations sur les troupes sur ces plateformes. En février déjà, l’armée avait publié un code de bonne conduite pour ses soldats en leur interdisant par exemple de tenir un blog.

    La nervosité de l’armée chinoise

    Derrière ses mises en garde se cache la crainte du cyber-espionnage. A plusieurs reprises, les médias officiels en Chine ont accusé des entreprises américaines, telles Microsoft, Google, Facebook ou encore Apple d’aider Washington à espionner la Chine. Pékin prépare d’ailleurs une nouvelle loi antiterroriste qui exige des firmes technologiques qu’elles fournissent les codes de leurs programmes avant de pouvoir vendre leurs produits en Chine. Une loi très controversée car elle permettrait aux autorités chinoises d’accéder à tout moment aux données de ces entreprises et bien sûr à celles de leurs usagers.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.