GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bolivie: le gouvernement intérimaire proteste contre des activités de Morales au Mexique
    • Donald Trump souhaite l'ouverture d'un procès en destitution au Sénat (Maison Blanche)
    Asie-Pacifique

    «The Assassin», Hou Hsiao-Hsien dessine un trait parfait

    media Shu Qi dans « The Assassin » de Hou Hsiao-hsien, en lice pour la Palme d'or du Festival de Cannes 2015. Ad Vitam

    C’est un coup de maître intitulé The Assassin (« L’Assassin ») qui est présenté ce jeudi 21 mai au Festival de Cannes. Une histoire dans la Chine du 9e siècle, autour d’une femme, maître en arts martiaux. La puissance et la finesse du récit, raconté avec une subtilité virtuose maîtrisée à la perfection, nous procure le fort sentiment que le Chinois Hou Hsiao-Hsien, un habitué de la compétition à Cannes, ne partira pas les mains vides le jour du palmarès.

    envoyé spécial,

    C'est rarissime, le sentiment d'avoir vu et vécu un film parfait. Où aucune scène ne semble de trop, où aucun geste superflu ne gêne l’illusion, où le terrain investit l’acteur et où un oiseau, une forêt de bouleaux ou des nuages-peintres n'ont pas besoin d’invitation pour se mêler aux actions. Des actions qui se déroulent la plupart du temps à l’intérieur des êtres humains, enrichies ici et là par de spectaculaires combats d’arts martiaux, signes externes d’une vivacité interne en voie de se frayer un nouveau chemin.

    Au service de l'ordre des Assassins

    Au 7e siècle la dynastie Tang entre en déclin. Deux siècles plus tard, la loyauté des gouverneurs envers la cour est fragilisée. La province de Weibo vient de prendre ses distances vis-à-vis l’empereur. Ainsi commence une histoire très compliquée pleine de tyrans, de provinces et de gouverneurs. Grâce au personnage de Nie Yinniang (interprétée par Shu Qui, la star de Millenium Mambo), le fil de l’histoire devient limpide et lisible.

    On comprend vite sa fonction au service de l’ordre des Assassins : être une justicière qui traque et élimine les gouverneurs corrompus. A l’âge de dix ans, elle a été confiée à une nonne qui l’avait initiée aux secrets d’une technique d’arts martiaux infaillible. Treize ans plus tard, elle est renvoyée à la maison avec une mission : tuer Tian Ji’an (campé par Chang Chen, une des plus grandes stars du cinéma chinois aujourd’hui), le gouverneur dissident de la province militaire de Weibo. Grâce à un bracelet en jade, elle découvre qu’il s’agit de son cousin dont les parents n’avaient pas tenu leur promesse de le marier plus tard à Nie Yinniang…

    L'histoire de l'oiseau bleu

    Des images d’une force poétique incroyable nous accompagnent pendant cette traversée rythmée par les tambours et où trahison et vengeance laissent vite la place aux questions sur le pouvoir et l’amour. Des couleurs d’or et de bronze se posent comme des papillons sur l’eau et l’horizon. Un cerisier en floraison se réjouit d’un défilé de cavalières, avec des habits bariolés dignes d’un tableau de Miro. Un jeu de doigts pousse et pince les cordes d’une harpe chinoise, maniée par l’esprit comme le sabre au combat. Et aussi l'histoire de l’oiseau bleu qui n’avait pas chanté depuis trois ans : mis face à un miroir, il chante sa souffrance et meurt.

    La lenteur est de rigueur dans ces décors et costumes somptueux où chaque plan se transforme en peinture chinoise classique à dérouler, témoin précieux d’une situation... Mais qu’on ne se trompe pas. Le raffinement extrême et la beauté exquise cachent seulement la rage et la rapidité accumulées pour les combats à venir.

    Un récit silencieux

    Vêtue en noir comme un ninja et légère comme un phénix descendu sur terre, Nie Yinniang, affrontera alors ses plus grands défis dans des longs plans-séquence qui « ouvrent » des montagnes et font bouger sa conscience. Tout au long de l’histoire, le récit reste silencieux et presque invisible comme le lit de rivière qui permet à transporter la vie et la mort, les joies et les peines, sans en faire un drame.

    ► Qui gagnera la Palme d’or 2015? Le classement au jour le jour

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.