GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine: la situation de Pu Zhiqiang racontée par son avocat

    media Pu Zhiqiang, éminent défenseur des droits de l'homme, a été inculpé le 15 mai 2015. REUTERS/Petar Kujundzic/Files

    Le célèbre avocat Pu Zhiqiang a été inculpé vendredi 15 mai pour « incitation à la haine ethnique » et pour avoir « provoqué le désordre ». L’un des plus célèbres avocats chinois, qui a défendu notamment l’artiste Ai Weiwei, se retrouve donc à son tour sur le banc des accusés en Chine. RFI a pu s'entretenir avec son avocat.

    Une semaine après l’annonce du procureur de Pékin sur les réseaux sociaux, l’avocat de Pu Zhiqiang a reçu du tribunal les charges retenues contre son client. « On m’a remis les documents officiels de la main à la main seulement mercredi matin. Y figurent notamment les accusations formulées à l’encontre de mon client. Ces deux accusations correspondent bien à ce qu’ont révélé les réseaux sociaux officiels vendredi dernier. Les charges retenues contre maître Pu sont " trouble à l’ordre public " et " incitation à la haine ethnique " », relate Maître Shang, joint par Ermine Roumillac de la section chinoise de RFI.

    Arrêté il y a un an, Pu Zhiqiang a fini par épouser la cause de ceux qu’il défend et donc par devenir la bête noire du régime communiste. Dans les prétoires comme sur les réseaux sociaux, Pu Zhiqiang a défendu le prix Nobel chinois emprisonné Liu Xiaobo, l’artiste contestataire Ai Weiwei, la journaliste Gao Yu, mais aussi des anonymes victimes du système. Les charges dont on l’accuse seraient donc, à en croire son avocat, un prétexte : « Ce sont des accusations totalement absurdes. Mon client risque trois ans de prison minimum pour l’incitation à la haine ethnique et cinq ans de prison pour trouble à l’ordre public. Ce sont ici des peines minimum, je ne veux pas croire qu’ils puissent aller plus loin. » Me Shang devrait voir son client ces jours prochains. La dernière fois qu’il l’a rencontré, il l’a trouvé en meilleure santé, avec un bon moral. « J’espère qu’il sera prêt pour un procès prévu pour se tenir dans les deux mois. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.