GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Génocide arménien: la résolution du Congrès «met en péril» les relations turco-américaines (Ankara)
    • Sanctions américaines contre un fils du président du Nicaragua
    • États-Unis: le Congrès américain adopte une résolution reconnaissant le génocide arménien
    • Niger: le groupe État islamique revendique l'attaque meurtrière d'Inates rapporte l'organisme américain SITE intelligence group
    • Loi sur la citoyenneté en Inde: la police ouvre le feu, deux manifestants tués (hôpital)
    • Rohingyas: Suu Kyi évoque devant la CIJ le risque d'une «reprise» de la crise
    • Canada: le chef de l'opposition à Justin Trudeau annonce sa démission
    • France/Retraites: trafic SNCF toujours «fortement perturbé» vendredi, 1 TGV et 1 Transilien sur 4 en circulation, 8 lignes de métro fermées
    • Attaque meurtrière d’Inates: trois jours de deuil national décrétés au Niger
    • France/Attaque de militaires à Nice en 2015: Moussa Coulibaly condamné à 30 ans de réclusion criminelle
    • Chili: les débris retrouvés appartiennent à l'avion militaire disparu lundi avec 38 personnes à bord (gouvernement)
    Asie-Pacifique

    Brillante Mendoza filme le typhon aux Philippines en mode fiction

    media «Taklub», du réalisateur philippin Brillante Mendoza, a été présenté en sélection officielle, dans la section Un certain regard du Festival de Cannes. Siegfried Forster / RFI

    Comment continuer à vivre après une catastrophe ? Le réalisateur Brillante Mendoza, chef de file du nouveau cinéma philippin, aborde dans son nouveau film « Taklub » la tragédie après le passage du Typhon Hayan qui avait causé en 2013 dans la seule ville Tacloban plus de 10 000 morts. Montrée au Festival de Cannes dans la section officielle Un certain regard, la fiction intrigue par sa réalisation en mode documentaire.

    RFI : Le titre Taklub se traduit par « piège ». De quel piège parle-t-on ?

    Brillante Mendoza : Aux Philippines, « taklub » peut vouloir dire beaucoup de choses. Cela vient du mot « takloban », c’est un lieu ou un panier avec lequel on capte des poissons, mais cela peut aussi signifier un piège qui se renferme sur vous pour toujours.

    Au Festival de Cannes, vous avez dédié votre film aux victimes du typhon Hayan. Quel est pour vous le rôle du cinéma et de votre film après une telle catastrophe ?

    Dans le film, je ne voulais pas montrer au reste du monde combien les victimes et les Philippins souffrent. Je voulais montrer comment ces gens font face à ces tragédies survenues dans leur vie. Nous sommes habitués à ce type de catastrophes naturelles, mais la manière dont nous gérons ces difficultés est si unique et si particulière que le reste du monde devrait le savoir et comprendre la résilience des Philippins. C’est une qualité dont le reste du monde peut apprendre des choses.

    Au début du film, vous filmez l’incendie d’une tente, une catastrophe après la catastrophe. De cette famille de six personnes, seul le père échappera à la mort. Est-ce pour montrer ce que les médias ne montrent que rarement, la vie après le drame ?

    Tout ce que vous voyez dans le film s’est vraiment passé dans la vie des gens là-bas. Il y a plusieurs sortes de catastrophes : celles provoquées par l’homme, d’autres par la nature... Mais dans les deux cas, les gens souffrent et doivent continuer à vivre. Le récit dans le film est plutôt une sorte miroir de ce qu'il s’est passé. Dans mon film, je montre une famille qui souffre, mais en réalité il y a des milliers de familles qui ont vécu cela. Avec mon film, on peut s’imaginer ce qu’elles ressentent et comment elles souffrent.

    Vous montrez des choses qui se sont réellement passées d’une manière très naturelle. Est-ce que la fiction est finalement plus « réelle » qu’un documentaire ?

    Je ne dirais pas cela, mais j’essaie de mêler dans mes films fiction et vie réelle. Quand vous montrez dans le film une scène comme « réelle » ou très près de la réalité, cela devient plus crédible et plus efficace, parce que l’émotion suscitée est si forte et si près de la réalité.

    « Il y a un temps pour tout ». A la fin de Taklub, vous citez la Bible. Dans quel temps se trouvent les Philippins aujourd’hui, un an et demi après le typhon ?

    Je pense qu’il y avait un temps pour le deuil, un temps pour avancer, et maintenant il y a le temps pour construire. On est dans un processus de rassembler les différents fragments. Avec leurs qualités, les Philippins vont surmonter cette catastrophe.

    Il s’agit alors d’un film sur la vie et pas sur la mort ?

    Ce film peut dire tellement de choses. Je ne veux pas généraliser. La vie continue. Pour certains, c’est une nouvelle vie, pour d’autres il s’agit d’accepter la réalité douloureuse de leur vie.

    Dans une autre scène, on voit un homme qui avait perdu sa femme dans le typhon. Maintenant, il porte une grande croix blanche dans les rues pour prier et pour collecter de l’argent pour les victimes de la catastrophe. Avec votre film, qu’est-ce que vous avez appris sur la religion ?

    Aux Philippines, la religion est une grande partie de notre vie. Nous sommes à 90 % des chrétiens. Beaucoup de Philippins s’accrochent à leur foi pour être capables de continuer leur vie et affronter leurs difficultés. Pour les Philippins, la religion est une partie majeure de leur vie. Je voulais montrer cela comme un ingrédient indispensable de notre vie quotidienne.

    Scène de « Taklub », un film du réalisateur philippin Brillante Mendoza. Festival de Cannes 2015

    ► Qui gagnera la Palme d’or 2015? Le classement au jour le jour

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.