GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Aujourd'hui
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le Dalaï Lama critique le silence d'Aung San Suu Kyi sur les Rohingyas

    media Aung San Suu Kyi lors d'une session du Parlement à Naypyidaw, le 3 avril 2015. REUTERS/Soe Zeya Tun

    Depuis le début de la crise des migrants en Asie, la députée birmane Aung San Suu Kyi est restée bien silencieuse. C’est pourtant de Birmanie que partent la majorité des migrants concernés, qui fuient des conditions de vie déplorable. Le Dalaï Lama s’est ému, jeudi 28 mai, de l’attitude de la Prix Nobel de la paix dans une interview accordée au quotidien The Australian.

    « Je lui ai déjà parlé de ce problème, et elle m’a dit qu’elle se heurtait à certaines difficultés, que les choses n’étaient pas simples mais très compliquées. Malgré cela, je pense qu’elle peut faire quelque chose ». Ce message du Dalaï Lama à Aung San Suu Kyi, d’un Prix Nobel de la paix à un autre, est pour le moins clair. La dame de Rangoon doit faire entendre sa voix dans la crise des migrants qui secoue actuellement l’Asie du Sud-Est. D’autant que ceux qui fuient la Birmanie sont des Rohingyas, une minorité musulmane dans ce pays boudhiste et qui serait, selon l’ONU, la plus persécutée au monde.

    Le parti d’Aung San Suu Kyi, la LND, a fini par faire une déclaration ce lundi, expliquant que les droits des Rohingyas devaient être respectés et qu’il fallait trouver une solution pour leur accorder la citoyenneté birmane. Mais la Prix Nobel de la Paix est, elle, restée silencieuse, comme elle l’avait été en 2013 lors des violentes émeutes entre bouddhistes et Rohingyas. A l’époque, elle avait expliqué qu’elle craignait qu’une prise de parole de sa part, quelle qu’elle soit, n’augmente encore plus des tensions. Mais il est aussi clair qu’Aung San Suu Kyi ne veut pas s’aliéner les 90% de bouddhistes que comptent la population, majoritairement hostiles aux Rohingyas, à six mois des élections législatives.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.