GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 26 Septembre
Jeudi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Naufrage de l'Etoile de l'Orient en Chine: l'espoir s'amenuise

    media Ce 3 juin, les équipes de sauveteurs sont toujours à pied d'oeuvre sur l'épave de l'Etoile de l'Orient, à la recherche d'éventuels survivants. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

    En Chine, les secours continuent de fouiller l’épave de l’Etoile de l’Orient, ce bateau de croisière qui a chaviré sur le fleuve Yangtsé lundi soir. Le navire a été pris dans une tempête, avec 458 personnes à bord, majoritairement des retraités chinois. Seuls 14 personnes ont pu être secourues.

    Avec notre correspondante à Shanghai, Delphine Sureau

    Le bilan promet d’être très lourd car on s’attend à plus de 400 disparus. Les passagers, pour la plupart -entre 50 et 80 ans- ne savent pas forcément nager et ils ont dû être emportés par le courant ou se sont retrouvés piégés à l’intérieur du bateau. Celui-ci, l'Etoile de l'Orient, a chaviré en quelques minutes, pris dans une tempête, et il s’est totalement retourné.

    Depuis lundi soir, près de 40 heures se sont donc écoulées aussi n’y a t-il plus vraiment d’espoir de retrouver des survivants, mais les plongeurs espèrent encore déceler des poches d’air. Hier, ils ont découpé la coque et on trouvé des passagers vivants.

    Il est très compliqué de suivre les recherches en direct puisque la zone du naufrage est bouclée, interdite aux journalistes étrangers. Seuls les médias officiels chinois y ont accès, et ils diffusent les infos au compte-gouttes. Il est certain que la censure opère.

    Les familles désemparées

    Les familles elles trouvent que les recherches vont trop lentement et se sentent livrées à elles-mêmes. Elles ne savent rien de l’enquête, alors que le capitaine et le chef mécanicien du bateau sont en garde à vue, et qu’ils ont dû donner leur version des faits. Parmi les 458 passagers, 97 sont de Shanghai. Certes, une salle a été mise à leur disposition mais aucun officiel n'est venu leur parler.

    Après avoir passé la nuit devant la télévision pour tenter de glaner des informations, les familles se sont rassemblées ce mercredi matin devant la mairie pour demander des comptes. Ils ont été accueillis par des dizaines de policiers.

    Les familles veulent que la municipalité organise un voyage pour les acheminer dans le Hubei sur les lieux du naufrage. « Nous ne sommes pas là pour causer des ennuis, ce qu’on espère c’est que la mairie organise un voyage pour qu’on aille dans le Hubei , sur les lieux de l’accident. Pour l’instant, aucun représentant du gouvernement n’est venu nous dire ce qu’on devait faire » explique à RFI monsieur Cai.

    L'identité des victimes pas encore officielle

    L’identité des rescapés ne leur a même pas été communiquée aussi les proches des passagers sont-ils dans le plus grand désarroi. « Même la liste des passagers du bateau, on a du la chercher nous-mêmes sur internet. On doit nous dire si nos proches sont morts ou vivants » poursuit monsieur Cai.

    Au pays des manifestations interdites, la police intervient et bouscule pour disperser le rassemblement. Les familles sont conduites à l’abri des regards et monsieur Cai est désespéré. « Les policiers ont filmé mon visage. Je dois être dans leur collimateur mais je m’en fiche. Parce que je n’ai plus de famille » explique-t-il.

    La mairie de Shanghai a fini par donner une demi-réponse aux familles : elles sauront dans les prochains jours si elles peuvent se rendre sur les lieux du naufrage.
     

    Impressionnant dispositif de sécurité autour du lieu du naufrage, le 3 juin 2015. REUTERS/Aly Song

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.