GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Tiananmen: la lettre d'étudiants chinois expatriés à leurs camarades

    media Cette photo a été prise le 5 juin 1989. Devenue mondialement célèbre sous le nom de "L'homme au tank" ou "Le manifestant inconnu", elle a été prise par un photographe de l'Associated Press. Elle incarne le souvenir de Tiananmen et est interdite en Chine. REUTERS/Stringer/Files

    Il y a 26 ans, une immense manifestation d'étudiants chinois, place Tiananmen, était réprimée dans le sang. Chaque année, quelques tentatives de commémoration ont lieu, vite étouffées par le pouvoir qui a toujours nié cet épisode de son histoire. Cette année, de jeunes Chinois qui étudient à l'étranger ont publié une lettre adressée à leurs « camarades étudiant en Chine ». Une première.

    C’est la première fois que de jeunes Chinois qui n'ont pas connu le massacre de Tiananmen et qui découvrent à l'étranger une autre version de l'histoire, se sentent la responsabilité de transmettre cette vérité à ceux qui sont restés dans le pays.

    Pour Marie Holzman, cette lettre montre aussi aux Occidentaux à quel point la mémoire est effacée par les autorités chinoises. « Tous les Chinois qui restent en Chine ne peuvent pas avoir accès à une version réelle de l'histoire de la Chine, explique la sinologue. Ils sont obligés de s'accoutumer à la version officielle, qui est une version de propagande qui transforme la réalité. »

    La lettre a brièvement circulé en Chine et ses auteurs ont été accusés de colporter des mensonges occidentaux. « Ils risquent tout, ajoute Marie Holzman. Ils risquent de ne pas pouvoir rentrer en Chine, de provoquer des ennuis à leur famille. Ils risquent d'être ostracisés par les autres étudiants qui eux désirent être bien vus par la cellule du Parti qui se trouve discrètement cachée quelque part au sein des étudiants qui étudient aux Etats-Unis. »

    Ils risquent de ne pas pouvoir rentrer en Chine.
    Marie Holzman, présidente de l’association Solidarité Chine

    Pour la sinologue, cette lettre est une avancée, mais il faudra encore beaucoup de temps avant que des réformes politiques s'imposent, pour sortir du totalitarisme dans lequel la Chine est en train de replonger.

    Contrôle accru des dissidents

    En prévision des commémorations du 26ème anniversaire du massacre de Tiananmen, le gouvernement chinois a multiplié comme chaque année les contrôles et la surveillance des dissidents. Selon les informations diffusées sur Internet, ces derniers jours plusieurs dizaines de personnes ont été assignées à résidence ou ont été victimes de disparitions forcées.

    Duan Zong Xian, dissident et activiste de la province méridionale de Guang Xi entame, comme chaque année, une grève de la faim avec une dizaine d'autres personnes. Il constate que le nombre de grévistes est plus important que les années précédentes.

    « Jusqu'ici, aucun gréviste n'a été arrêté, mais beaucoup ont reçu des appels de la police. Moi-même, j'ai été contacté par le chef de la police locale qui m'a demandé de ne pas diffuser d'informations sur Internet concernant le 4 juin, témoigne le dissident. Bien sûr, j'ai peur pour ma famille, on m'a déjà arrêté à plusieurs reprises, mais généralement on me relâche au bout de quelques jours. »

    Il espère qu'à force de persévérance, le régime finira par plier. « De toute façon, nous continueront cette grève de la faim, tous les ans, jusqu'à ce que la Chine devienne un pays démocratique, assure Duan Zong Xian. Je fais la grève de la faim pour trois raisons : pour saluer la mémoire des victimes du massacre de Tiananmen, pour soutenir les dissidents arrêtés ces dernières années, mais aussi pour que les gens sachent enfin la vérité sur ces événements et que l'esprit de Tiananmen ne disparaisse pas. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.