GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Avec la mort de Chea Sim, une page de l'histoire du Cambodge se tourne

    media Chea Sim, le président du Sénat et du Parti du peuple cambodgien, est mort le 8 juin 2015 RFI/ Siv Channa

    La mort de Chea Sim, président du Sénat et du Parti du peuple cambodgien faisait la une de tous les journaux ce mardi matin au Cambodge. Malade depuis des années, son décès à l’âge de 82 ans, lundi 8 juin, n’est pas une surprise. Mal connu en Occident, Chea Sim a été pendant les deux décennies qui ont suivi la tragédie khmère rouge un personnage politique de premier plan au Cambodge.

    Avec notre correspondante à Phnom Penh, Anne-Laure Porée

    À l’annonce de la mort de Chea Sim, tout le quartier du Sénat a été bouclé. Depuis sa maison s’élèvent des chants funèbres pendant que les personnalités du gouvernement cambodgien viennent saluer sa dépouille. Sur les réseaux sociaux en revanche, les réactions sont plus virulentes. Le parcours de Chea Sim, proche de Hanoï, attise en effet le sentiment antivietnamien.

    Chea Sim a été une personnalité politique de premier plan, après la chute du régime khmer rouge en 1979. Pourtant, il venait des rangs khmers rouges. Il était même commandant militaire. Il a fui les purges en 1978, s’est réfugié au Vietnam, et est revenu avec les troupes de libération. Les Vietnamiens, qui occupaient le pays, lui ont confié le ministère de l’Intérieur.

    Un rôle politique crucial

    Dès lors, il a eu la main pendant vingt ans sur les forces de sécurité du Cambodge et a joué un rôle politique crucial. Notamment au sein du Parti du peuple cambodgien, dont il est fondateur, et qui est toujours au pouvoir aujourd’hui.

    Human Rights Watch ne lui trouve cependant aucune circonstance atténuante. Selon l’organisation, « Chea Sim a supervisé des districts où ont eu lieu de nombreuses atrocités et a présidé, après les Khmers rouges, un Etat policier. » Des critiques dont n’a cure le gouvernement, qui prépare une crémation en grandes pompes. Les funérailles veulent inscrire Chea Sim comme un « libérateur du régime génocidaire ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.