GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
Aujourd'hui
Mardi 28 Mai
Mercredi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: le lynchage d'un enfant indigne les réseaux sociaux

    media Des milliers de personnes ont défilé lundi 13 juillet à Dhaka pour exprimer leur colère face à la lenteur de la police dans l'enquête sur la mort du jeune Samiul Alam Rajon, 13 ans. AFP PHOTO/ Munir uz ZAMAN

    Une vidéo postée lundi 13 juillet sur Internet a provoqué une vague d'indignation au Bangladesh. Elle montre le passage à tabac d'un garçon de treize ans, battu à mort par quatre individus dans une ville du nord-est du pays, le 8 juillet. Trois des suspects ont depuis été arrêtés. Des milliers de personnes sont descendues dans la rue au Bangladesh ces derniers jours pour exprimer leur colère et faire pression sur les autorités pour punir les coupables.

    De notre correspondant dans la région,

    C'est l'un des quatre suspects qui accusaient le jeune de vol et qui a filmé avec son portable pendant 28 minutes le calvaire de sa victime, Samiul Alam Rajon. On y voit le garçon de 13 ans se faire attacher par les mains à un poteau avant de se faire battre par un des agresseurs avec une barre métallique. On entend également Rajon appeler à l'aide, demander un verre d'eau et supplier ses tortionnaires qu'on entend rire par intermittence, visiblement amusés par la situation.

    Ce comportement particulièrement sadique, qui a mené à la mort tragique de Rajon, a provoqué la révulsion dans tout le pays. Des extraits de la vidéo de cette scène de torture ont ensuite été postés sur YouTube dès le 12 juillet pour dénoncer ce crime et appeler à traduire les agresseurs devant la justice.

    #JusticeforRajon

    De nombreux Bangladais ont manifesté à travers le pays, et une chaîne humaine a même été formée devant la maison de la famille de la victime en signe de soutien. Sur Twitter, une page a été créée à la mémoire de la victime avec le hashtag #JusticeforRajon. Sur Facebook également, une page similaire compte déjà plus de 4 000 membres.

    Le ministre bangladais de l'Intérieur a déclaré lundi 13 juillet qu'aucun des individus ayant participé au meurtre ne serait épargné. Trois des suspects ont d'ailleurs été arrêtés : le premier peu après le meurtre, après que lui et ses complices ont été surpris et pourchassés par des passants alors qu'ils tentaient d'emporter le corps sans vie du jeune adolescent. Un second suspect a été appréhendé lundi. Le troisième a été arrêté le jour suivant dans la ville de Jeddah, en Arabie saoudite, où il où il s'était enfui après que la vidéo a fait la Une des journaux.

    Des lynchages publiques récurrents

    Le caractère très sadique de cet acte, qui a mené à la mort d'un enfant, a choqué le Bangladesh. On trouve toutefois de nombreuses vidéos, sur YouTube ou d'autres plateformes en ligne, dans lesquelles des criminels présumés sont lynchés par la foule dans le pays.

    En Inde également, des vidéos filmées pour la plupart avec des portables montrant des femmes et des hommes lynchés ou humiliés en public, font surface assez régulièrement. Récemment, une vidéo d'un viol collectif en Inde, filmé par un des agresseur, avait circulé sur l'application WhatsApp. Une militante des droits des femmes avait alors lancé une campagne controversée en propageant cette vidéo, floutant le visage de la victime mais exposant celui des violeurs, afin qu'ils soient appréhendés.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.