GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les Suisses disent massivement «oui» à une loi sur le renseignement qui autorise surveillance téléphonique et sur internet
    • Irak: 6 personnes tuées et 18 blessées quand un homme a fait exploser sa ceinture d'explosifs dans l'ouest de Bagdad
    • Décès à 71 ans de Joseph Sitruk, l'ancien grand rabbin de France (entourage)
    • François Hollande «reconnaît la responsabilité des gouvernements français dans l'abandon des harkis» d'Algérie
    • Nigeria: «Je vais parfaitement bien», dit Shekau, le chef de Boko Haram dans une nouvelle vidéo
    • Fast, le plus grand radiotélescope du monde est entré en service ce dimanche dans le sud-ouest de la Chine
    • Le Prix RFI Théâtre 2016 décerné à Hakim Bah (Guinée) pour «Convulsion»
    • Un écrivain jordanien a été assassiné après une caricature jugée anti-islam (agence)
    • Suisse: le pays vote sur une nouvelle loi concernant les services secrets
    Asie-Pacifique

    Inde: quand le gouvernement tente d'interdire le porno en ligne

    media Cet usager indien du Net a rentré l'adresse d'un site pornographique sur sa tablette, il a été renvoyé sur un écran blanc, le 3 août 2015. AFP PHOTO/ Manjunath KIRAN

    Le gouvernement indien veut limiter l'accès aux sites pornographiques. Et pour cela, il a discrètement fait passer ce week-end une directive demandant aux fournisseurs de bloquer l'accès à 857 sites internet pour adultes, qu'ils soient indiens ou étrangers. Une interdiction du X qui ne dit pas son nom, et qui a été largement condamnée, autant par les utilisateurs que les défenseurs des libertés individuelles. Le gouvernement pourrait faire marche arrière.

    avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

    La raison invoquée pour bannir les sites pornographiques ? L'ordre confidentiel transmis aux fournisseurs d'accès internet vendredi soir justifie cette interdiction au nom de la moralité et de la décence, qui sont deux restrictions à la liberté d'expression autorisées par la Constitution indienne. Le document a depuis fuité dans la presse et le ministère des Télécommunications a précisé qu'il cherchait à interdire la pornographie pédophile.

    Cependant, il est peu probable que les 857 sites concernés contiennent un tel contenu d'autant qu'on y retrouve nombre de plateformes américaines ou européennes célèbres, provenant de pays où la pédophilie en ligne est fortement réprimée. Certains sites comme celui du quotidien régional français Le Dauphiné libéré sont d'ailleurs compris dans cette liste, alors qu'ils sont loin de diffuser du matériel pornographique.

    Interdit de faire, mais pas de regarder

    Le gouvernement a en fait repris une liste déposée par un citoyen qui avait demandé le mois dernier à la Cour suprême d'interdire tous ces sites. Une demande qui n'avait alors pas abouti, les juges de la plus haute cour du pays considérant qu'un blocage de ces sites serait opposé à la liberté de chaque Indien de regarder ce qui lui plaît en privé. La loi indienne interdit en effet la réalisation et la vente de matériel pornographique, mais pas la simple visualisation.

    Et la consultation de sites pornographiques est en pleine explosion dans le pays : si à peine un Indien sur dix a accès à Internet, les Indiens sont déjà les quatrièmes plus grands consommateurs de pornographie en ligne. A cela, il faut rajouter les nombreuses autres manières de la regarder : il est ainsi très facile et peu cher d'acheter au marché noir des vidéos ou de charger son smartphone de clips X. L'explosion des téléphones bon marché et la propagation de l'Internet mobile sont d'ailleurs les principaux facteurs d'expansion de la pornographie en Inde.

    Vers un rétropédalage du gouvernement ?

    A l'heure qu'il est, beaucoup de sites sont encore accessibles, car les fournisseurs d'accès n'ont pas encore pu tous les bloquer. Et cela ne sera d'ailleurs pas forcément nécessaire. Mardi soir, face au tollé, le ministre a envoyé aux fournisseurs une nouvelle lettre leur demandant cette fois de censurer uniquement les sites représentants de la pornographie infantile.

    Il n'a pas transmis de nouvelle liste : les opérateurs se trouvent maintenant dans l'embarras, car ils sont bien incapables d'identifier quels sites sont concernés. Ce nouvel ordre sera donc très difficile à appliquer.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.