GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Septembre
Dimanche 17 Septembre
Lundi 18 Septembre
Mardi 19 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: un attentat au camion piégé ensanglante Kaboul

    media Le véhicule piégé a explosé près d'un site de l'armée, dans le centre de la capitale afghane. REUTERS/Omar Sobhani

    Au moins sept personnes ont été tuées et plusieurs dizaines d'autres blessées dans la nuit de jeudi à vendredi au cours du premier attentat commis à Kaboul depuis la nomination du successeur du mollah Omar à la tête des talibans afghans.

    Avec agences

    L'attaque au camion piégé a été perpétrée dans un quartier résidentiel de la capitale afghane, près d'un site de l'armée. Elle n'a pas encore été revendiquée, mais les rebelles talibans avaient tué 9 personnes dans la journée de jeudi lors d'une série d'attentats à Kandahar, le berceau méridional de leur insurrection, et dans la province de Logar, au sud de Kaboul.

    L'attentat de Kaboul est survenu vers 1h et a fait sept morts et 198 blessés, selon le docteur Wahidullah Mayar, porte-parole du ministère afghan de la Santé. D'après lui, les blessés, dont de nombreux enfants, continuaient à arriver en nombre dans les hôpitaux de la capitale dans la nuit. « Le bilan risque d'augmenter », a-t-il prévenu. Des bâtiments se sont effondrés et des corps pourraient être enterrés sous les décombres. L'explosion a été particulièrement puissante dans une ville pourtant habituée au attentats.

    Si les attentats suicide sont fréquents à Kaboul, les bombes chargées dans de gros véhicules parviennent rarement à pénétrer dans la capitale afghane, lourdement gardée par l'armée et la police. Selon une source d'un service de sécurité occidental, la cible était probablement un site utilisé par des officiers des services de renseignement afghans dans le secteur.

    Sur les réseaux sociaux, nombre d'Afghans appelaient leurs compatriotes à donner leur sang pour soulager des hôpitaux débordés. « De nombreux enfants et femmes ont été tués et blessés. Les auteurs de cette attaque avaient l'intention de commettre un massacre », a jugé le général Abdul Rahman Rahimi, chef de la police de Kaboul, qui a évoqué quant à lui un bilan de huit morts et 128 blessés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.