GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Immigration en Australie: le gouvernement rompt le silence

    media Un bateau de migrants rohingyas en mer près des côtes indonésiennes. AFP PHOTO / JANUAR

    Plus de 600 demandeurs d'asile ont été renvoyés par l'Australie en l'espace d'un an et demi. Un bilan annoncé jeudi 6 août par le ministre chargé de l'Immigration. Pourtant, depuis décembre 2013, date du début l'opération « Frontières souveraines », le silence était de mise. Mais ce jeudi, changement de ton.

    Alors qu'il s'y refusait depuis un mois, le ministre australien de l'Immigration Peter Dutton a d'abord reconnu le renvoi de 46 migrants vers le Vietnam, pays à partir duquel ils avaient tenté de rejoindre l'Australie. Ensuite, il a chiffré pour la première fois le bilan des renvois : plus de 600 en un an et demi. Le gouvernement de droite affirme qu'aucun bateau clandestin n'a pu atteindre les côtes australiennes. Pour Canberra, cela illustre le succès de sa stricte politique d'immigration. L'opposition de gauche, elle, dénonce l'insensibilité du pouvoir, qui renvoie des personnes en danger.

    L'Australie a d'ailleurs été pointée du doigt par l'Indonésie. Ce pays voisin accueille de nombreux réfugiés. En juin, les autorités indonésiennes ont accusé l'Australie d'avoir payé des passeurs 5 000 dollars chacun pour qu'ils fassent demi-tour avec leur bateau chargé de migrants. L'embarcation avait été interceptée alors qu'elle appelait à l'aide. La mer, ce jour-là, était déchaînée. Ce qu'a fait l'Australie, « c'était les envoyer au suicide », considère le gouvernement indonésien. La police australienne, elle, reste très discrète, officiellement pour ne pas révéler d'informations qui aideraient de futurs candidats à l'exil.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.