GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Japon: Nagasaki, l’attaque atomique qui n’aurait pas dû avoir lieu

    media La cathédrale Urakami (c), en plein centre de Nagasaki, détruite par le largage de la bombe atomique, le 9 août 1945. REUTERS/Shigeo Hayashi/Nagasaki Atomic Bomb Museum/

    Le 9 août 1945, trois jours après Hiroshima, une seconde bombe atomique américaine est larguée sur le Japon. Cette fois sur Nagasaki, dans le sud de l’archipel. 74 000 habitants sont instantanément tuées et 80 % des bâtiments sont détruits. Une seconde attaque qui n’aurait pas dû avoir lieu.

    A 11h02 (heure locale), ce dimanche 9 août, les cloches et les sirènes ont retenti dans la ville catholique atomisée à l'heure exacte de l'explosion, relate notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles. « Plus jamais d'Hiroshima », dit-on, le plus souvent. Mais Nagasaki, elle, a le sentiment de faire partie des oubliés de l'holocauste nucléaire. Pourtant, son martyr ne fut pas moins horrible.

    Ses habitants ne revendiquent pas seulement cette identité de ville atomique. Pour une double raison : d’abord parce qu’elle ne fut que la seconde bombe dans la tragédie et deux fois plutôt qu’une puisque l’objectif du bombardier B-29 américain était une autre ville, celle de Kokura au nord de Nagasaki. Mais les nuages qui obstruaient le ciel sauvèrent Kokura.

    Le pilote du B-29 se dirigea alors vers le second objectif, Nagasaki. La ville est cosmopolite. Elle a toujours été à l’avant-garde du Japon dans son contact avec l’Occident. Et Nagasaki a su prendre de la distance par rapport à son martyr. C’est peut-être dû à l’influence chrétienne. Nagasaki est la plus catholique des villes japonaises. Par ailleurs, à Nagasaki, la bombe tomba dans un quartier à la périphérie. Sa vieille ville et son port furent épargnés alors qu’à Hiroshima, tout fut rasé.

    Inutilité tragique

    A Nagasaki, l’horreur d’Hiroshima se trouve encore accentuée par un sentiment d’inutilité tragique. Car si les Américains larguent une seconde bombe atomique sur le Japon, trois jours après la première, c’est parce qu’ils n’ont pas de nouvelles des Japonais. Et pour cause : Washington n’a pas prévenu Tokyo qu’elle utilisait une bombe nucléaire, et la nouvelle met du temps à remonter jusqu’au gouvernement nippon. D’autant que les militaires japonais minimisent l’impact dévastateur de la bombe A pour éviter que la population ne se démoralise.

    Quand la nouvelle atteint Tokyo, le gouvernement se réunit immédiatement pour décider la reddition du Japon. Mais il est trop tard. Les Américains larguent déjà leur seconde bombe sur Nagasaki. Un concours de circonstances d’autant plus douloureux que l'attaque devait à l'origine se dérouler le 11 août. Mais les prévisions météorologiques n’étant pas bonnes, les militaires américains décident de leur propre chef de l'avancer de deux jours, estimant également que « plus tôt la bombe serait lancée, mieux cela vaudrait pour l’effort de guerre ». Au passage, les scientifiques larguent cette fois une bombe au plutonium et non à l’uranium comme sur Hiroshima, poursuivant leurs tests à ciel ouvert. Bilan : 74 000 morts.

    Le 9 août 1945 marque à ce jour la dernière utilisation d'une bombe atomique dans un conflit. Mais le calvaire des survivants d’Hiroshima et Nagasaki, dévorées par les radiations, ne faisait que commencer.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.