GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: les talibans condamnent une vidéo «horrible» de l'EI

    media Certains talibans ont rejoint l'organisation Etat islamique, qui s'est implantée en Afghanistan. AFP PHOTO / Noorullah Shirzada

    Dimanche dernier, les sites jihadistes diffusaient une vidéo de quatre minutes qui semble montrer dix personnes tuées à l’explosif par des membres de l’organisation Etat islamique. Les victimes sont présentées par les auteurs de la vidéo comme des Afghans partisans du gouvernement de Kaboul ou des talibans. Les talibans ont démenti mercredi 12 août tout lien avec les victimes, et ils ont condamné la vidéo en la qualifiant de « brutale » et d’« horrible ».

    Pieds nus, les mains liées, les yeux bandés, une dizaine de personnes sont emmenées par des hommes armés sur le flanc d’une colline, jusqu’à une bande de terre fraîchement retournée délimitée par un fil électrique. Ils s'agenouillent. Les bourreaux s’éloignent, le sol explose.

    Un acte « intolérable » perpétré par « une poignée d’individus ignorants se réclamant de l’Islam » : les talibans, eux même réputés pour leurs atrocités, ont condamné la vidéo, mercredi 12 août. Ils ont aussi affirmé ne pas être liés aux victimes, contrairement à ce qu’affirme l’organisation Etat islamique.

    La bataille de la communication s’intensifie entre les deux mouvements pour le contrôle de l’insurrection afghane. L’EI a récemment pris pied dans le pays, et depuis le début de l’année plusieurs talibans ont rejoint le mouvement. Des départs qui pourraient être accélérés par les divisions du mouvement, devenues plus visibles depuis l’annonce fin juillet de la mort du chef des talibans, le mollah Omar. Car le nouveau chef, le mollah Mansour, n’est pas reconnu par tous.

    Pour réaffirmer leur domination, les talibans ont eux aussi choisi, une fois de plus, la violence : vendredi dernier, trois attentats dont deux revendiqués par les talibans ont fait 51 morts à Kaboul, dans ce qui s’avère être le jour le plus meurtrier pour la capitale afghane depuis plus de trois ans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.