GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Les excuses de Shinzo Abe pour la guerre d’agression japonaise en Asie

    media Le Premier ministre Shinzo Abe a présenté les excuses du Japon pour les souffrances infligées aux pays voisins durant la guerre d'agression en Asie. REUTERS/Toru Hanai

    Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a publié sa déclaration spéciale à l’occasion du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il a inclus dans la dernière version de son texte, approuvée par son gouvernement, les mots « excuses » et « remords » pour la guerre d'agression japonaise en Asie. Le passé militariste et mal assumé du Japon continue à empoisonner ses relations avec ses voisins, la Chine et la Corée du Sud en particulier.

    Avec notre correspondant à Tokyo,  Frédéric Charles

    Shinzo Abe est allé très loin dans l’expression des remords du Japon pour les souffrances infligées aux pays voisins durant la guerre. C’est contre sa nature. En 2013, à l’anniversaire de la défaite du Japon, Shinzo Abe avait rompu avec la tradition et n’avait exprimé aucun regret pour la guerre d’agression japonaise.

    Pour préparer sa déclaration, Shinzo Abe a mis en place une commission spéciale. Les Etats-Unis l’ont sommé une fois pour toute de solder le passé militariste japonais. De passage à Tokyo, Angela Merkel avait appelé Shinzo Abe à affronter son passé comme l’Allemagne l’a fait.

    La fin de la diplomatie des excuses

    Présenté comme un nationaliste et un révisionniste par ses détracteurs, Shinzo Abe s’y est sacrifié habilement. Il a souhaité que la Chine apprécie l’expression de ses profonds remords et il a signalé que la diplomatie des excuses menée par le Japon depuis la fin de la guerre s’arrête avec cette déclaration.

    Shinzo Abe a aussi répondu à l’attente de la majorité des Japonais qui n’apprécient pas du tout son nationalisme, sa volonté de réviser la Constitution pacifiste « pour faire, dit-il, du Japon un pays fort et fier ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.