GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Février
Dimanche 18 Février
Lundi 19 Février
Mardi 20 Février
Aujourd'hui
Jeudi 22 Février
Vendredi 23 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pékin censure 120 tubes de musique, jugés «immoraux»

    media Les karaokés ont une semaine pour effacer les 120 chansons controversées. RFI/Stephane Lagarde

    « Wo ai tai mei », en français « J'aime les filles taïwanaises », est un tube en Chine. Malheureusement, les internautes ne peuvent plus l'écouter en ligne, car il fait partie des 120 chansons qui viennent d'être bannies de l'internet chinois parce qu'elles sont jugées contraires à la morale.

    De notre correspondante à Shanghai, Delphine Sureau

    Selon les censeurs chinois, cette liste noire rassemble des chansons qui font la promotion « de l'obscénité, de la violence, du crime ou qui portent atteinte à la morale sociale ». Par exemple, dans « Wo ai tai mei », qui est en fait une reprise par MC Hotdog d'un tube des années 2000, ce qui choque les autorités c'est le passage où le rappeur dit : « Déshabille-toi et lance-moi ta petite culotte ». On a pourtant vu pire dans le rap américain, mais ces paroles ne passent pas en Chine.

    Les autres chansons de la liste noire parlent de suicide, d'avortement, de drogue, ou sont tout simplement jugées vulgaires. C'est par exemple le cas du titre taïwanais « Fart », dans lequel, on peut entendre : « Il y a des gens qui préfèrent péter que de ne rien faire ». Les artistes censurés sont surtout des membres de la scène rock chinoise, la scène underground, avec des titres effectivement contestataires qui s’attaquent notamment à la corruption. Mais cette censure concerne aussi des artistes hongkongais, engagés dans la Révolution des parapluies. D'autres artistes de la pop taïwanaise, pourtant très populaires, et pas franchement subversifs, sont également dans le collimateur de Pékin.

    Réaction des internautes

    C'est surtout la censure d'une chanson, « Yan tou wan », qui a indigné les internautes. Son titre est un jeu de mots avec « ecstasy », mais son contenu est totalement inoffensif. Sur les réseaux sociaux, on se moque donc du ministère de la Culture : « Est-ce qu’il comprend les paroles ?, Vous êtes certains du niveau de mandarin des fonctionnaires ? C’est trop, cette censure », s’indignent les internautes. « Les fonctionnaires du ministère de la culture doivent avoir 70 ans, et ils ne comprennent rien à la musique d’aujourd’hui », fustigent-ils encore.

    Les sites internet, les radios, les télévisions, et même les karaokés ont encore une semaine pour effacer les 120 chansons controversées. Cette initiative sans précédent montre une fois de plus la reprise en main idéologique des contenus en ligne. L'an dernier, le président Xi Jinping a souligné que l'art devait s'inspirer des préceptes « socialistes ». D'ailleurs, Pékin a annoncé début août que des unités de « cyberpolice » seront installées directement chez les géants de l’internet chinois, comme Alibaba ou Tencent, pour surveiller les contenus de l’intérieur.

    → à (re)lire : Une chanson à la gloire des censeurs du web en Chine (post du blog de Stéphane Lagarde : Encres de Chine)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.