GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Un diplomate saoudien accusé de viols et de tortures en Inde

    media En Inde, deux employées de maison népalaises accusent un diplomate saoudien de les avoir torturées et violées. AFP PHOTO / SANJAY KANOJIA

    En Inde, un nouveau scandale fait beaucoup de bruit : deux employées de maison népalaises accusent un diplomate saoudien de les avoir torturées et violées dans la résidence du diplomate dans la banlieue de la capitale indienne. A New Delhi, l’ambassade d’Arabie saoudite vient de démentir ces accusations. L’enquête se poursuit.

    Le scandale est d’autant plus retentissant qu’il touche du « beau monde ». L’opération policière de lundi soir 7 septembre a été menée non seulement à Gurgaon, l’un des plus grands centres indiens d’affaires à une vingtaine de kilomètres de New Delhi, mais aussi et surtout au domicile d’un diplomate étranger.

    Dans cette résidence de luxe, à l’abri d’un centre commercial rutilant, les enquêteurs vont découvrir deux femmes sous le choc, deux employées de maison népalaises âgées de 30 et de 50 ans. Les deux femmes racontent : arrivées en Inde quatre mois après le tremblement de terre au Népal, elles sont d’abord vendues comme domestiques au diplomate saoudien. S'ensuit un voyage à Djeddah, où elles sont violées une première fois. Puis retour en Inde où, disent-elles, elles sont recluses, contraintes au silence, contraintes surtout à des actes sexuels y compris avec les « invités » de leur employeur, parfois sous la menace d’un couteau.

    La police est intervenue sur dénonciation d’une troisième employée népalaise qui a pu s’échapper de la maison et prévenir une ONG de défense des migrants. Un hôpital a confirmé les viols dont ont été victimes les deux domestiques. L’ambassade d’Arabie saoudite à New Delhi parle « d’allégations infondées et non corroborées ». Sauf si l’ambassade lève son immunité, le suspect reste protégé par la Convention de Vienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.