GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Canada accepte un projet géant d'exportation de gaz de Petronas (gouvernement)
    Asie-Pacifique

    Corée du Sud : un manuel misogyne d’éducation sexuelle fait scandale

    media Ce manuel distribué aux professeurs de la primaire au lycée, enseigne que « le désir sexuel masculin peut naturellement s’exprimer à tout moment et à tout endroit ». AFP PHOTO / JUNG YEON-JE

    Scandale en Corée du Sud autour d’un nouveau manuel d’éducation sexuelle mis au point par le gouvernement à l’usage des écoliers du primaire au lycée. Il semble justifier le viol dans certaines circonstances, et enseigne que le désir sexuel masculin est naturellement irrépressible. Levée de boucliers des associations féministes ! Une controverse révélatrice du très fort patriarcat qui continue de marquer la société sud-coréenne, sous l'apparence de la modernité.

    de notre correspondant à Séoul,

    Ce manuel est rempli de remarques misogynes qui semblent sorties d’une autre époque. On y apprend, par exemple, que « des viols peuvent avoir lieu quand un homme dépense beaucoup d’argent pour un rendez-vous, car il est naturel pour lui d’exiger une contrepartie de la femme. »

    Ce manuel distribué aux professeurs, de la primaire au lycée, enseigne que « le désir sexuel masculin peut naturellement s’exprimer à tout moment et à tout endroit », et donc qu’il faut donc éviter que « deux [jeunes] du sexe opposé se retrouvent seuls ».

    Il donne aussi des conseils farfelus aux victimes d’attouchements sexuels dans le métro comme de ne pas appeler la police, mais plutôt d'« écraser le pied de l’agresseur, comme si c’était un accident. »

    C’est le ministère de l’Education qui a publié cet ouvrage sexiste, qui promeut une vision très rétrograde des sexes et qui évite soigneusement de parler d’homosexualité. Sa rédaction a pris deux ans et coûté près d’un demi-million euros.

    La société civile sud-coréenne stupéfaite

    C'est la stupeur chez les associations féministes et les spécialistes d'éducation sexuelle qui ont appelé le gouvernement à retirer immédiatement ce manuel qualifié de « dépassé, anachronique et non-professionnel ».

    Dans un éditorial, le quotidien Korea Herald, qui n’est pourtant pas un bastion du progressisme, écrit que l’ouvrage « renforce les préjugés et les stéréotypes concernant les sexes. Des préjugés qui sont justement responsable de la prévalence de la violence sexuelle dans la société sud-coréenne. » Le journal demande aussi aux autorités de retirer le manuel « avant qu’il ne fasse du tort aux enfants et à la société. »

    Le ministère a fini par modifier légèrement son texte mais cela ne satisfait guère les associations, qui s’inquiètent de l’attitude des Sud-Coréens face aux violences sexuelles : les victimes souffrent de stigmatisation et sont soumises à diverses pressions pour ne pas porter plainte contre leur agresseur.

    Cette controverse n’est pas la première de ce type

    Début septembre, un magazine masculin a été accusé de faire l’apologie de la violence contre les femmes. Sa couverture représentait un homme dominant une femme jetée dans un coffre de voiture, les jambes attachées par du scotch. En dépit du tollé soulevé par sa publication, le magazine a d’abord refusé de retirer la couverture avant de céder sous la pression.

    En mars, le ministère de l’Education avait déjà été fortement critiqué pour avoir enlevé de ses livres d’éducation sexuelle toute mention d’homosexualité, sous la pression d’églises et d’associations conservatrices, très influentes en Corée.

    Des ONG telles que Human Rights Watch avaient protesté, rappelant que les minorités sexuelles en Corée souffrent de très fortes discriminations et avaient besoin d’être protégées.

    → A relire sur le blog Encres de Chine de Stéphane Lagarde : Corée du Sud, sexe, drogue et parties folles

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.