GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Malcolm Turnbull investi Premier ministre en Australie

    media Malcolm Turnbull a pris, mardi 15 septembre, ses fonctions de chef du gouvernement australien, après avoir ravi la veille les commandes du Parti libéral à Tony Abbott lors d'un vote interne. REUTERS/Sean Davey/Files

    Malcolm Turnbull a pris ce mardi ses fonctions de chef du gouvernement australien, après avoir ravi la veille les commandes du Parti libéral à Tony Abbott lors d'un vote interne. L'ancien ministre des Communications a été investi par le gouverneur général Peter Cosgrove, qui représente la reine Elisabeth II, chef de l'Etat australien.

    Malcolm Turnbull, favorable à un changement de cap politique, a été élu lundi 14 septembre à la tête du Parti libéral (conservateur) par 54 voix contre 44. Lors de son investiture face à la presse, il s'est déclaré plein d'optimisme pour jeter de nouvelles bases qui assureront la prospérité de l'Australie pour les prochaines années. Il succède ainsi au très controversé Tony Abbott, qui avait auparavant promis de tout faire pour faciliter la transition.

    Vers un changement de cap ?

    « Tony Abbott a présidé un gouvernement que je considérerais le plus réactionnaire, analyse David Camroux, universitaire et spécialiste de l'Australie, et je pèse mes mots, qu’ait jamais connu l’Australie sur sa politique résumée à des slogans avec les bateaux des migrants "Stop the boats", "Stop the taxes", c’est-à-dire arrêter les taxes carbone qui avaient été introduites par les travaillistes. Il était incapable de formuler le message positif et une vision pour l’Australie. En plus, il y a eu le ministre des Finances qui n’était pas tellement compétent et le ministre de l’Immigration qui était un peu comme lui, idéologue. Le Parti libéral était en train de perdre en fait tous les électeurs du centre. La presse Murdoch, qui lui était, pendant très longtemps favorable, commençait depuis quelques mois à le critiquer parce qu’on voyait, comme inévitable,  l’élection des travaillistes dans les scrutins prévus en juin prochain. Il fallait donc le sacrifier et ce qui a été fait sans état d’âme par les membres de son parti. »

    Un homme qui pèse des dizaines de millions d'euros

    D’abord journaliste, puis avocat, Malcolm Turnbull, ancien étudiant de l’université d’Oxford devient ensuite banquier d’affaires. Dans les années 1990, il cofonde l’un des plus gros fournisseurs internet de l'époque en Australie - Malcolm Turnbull pèserait aujourd’hui plus de 60 millions d’euros.

    Il entre en politique au début des années 2000 en menant campagne pour que l’Australie coupe les ponts avec la couronne britannique. Cet échec ne l’empêche pas d’être élu en 2004 député de la circonscription de Wentworth, où il a grandi et où il vit encore avec son épouse - qui fut la première femme maire de Sidney.

    Malcolm Turnbull gravit ensuite les échelons au Parlement et dans le parti libéral : il devient chef de l'opposition en 2008. Poussé vers la sortie un an plus tard, il est à deux doigts de quitter la politique, mais celui qu'il a détrôné ce 14 septembre, Tony Abott, le retient de justesse. Il deviendra son ministre des Communications.

    Malcolm Turnbull est connu pour certaines opinions de centre-gauche dans un parti fermement ancré à droite : favorable au mariage gay, toujours illégal en Australie, il soutient aussi une politique active pour contrer le changement climatique. Mais comme les sondages le plaçaient ces derniers mois en tête des libéraux les plus populaires, le parti l’a donc préféré à Tony Abott, espérant se maintenir au pouvoir lors des prochaines élections prévues pour 2016.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.