GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Japon: les lois sécuritaires controversées sont adoptées

    media Les parlementaires de la majorité japonaise applaudissent, après l'adoption de lois sécuritaires controversées samedi 19 septembre 2015 à Tokyo. REUTERS/Toru Hanai

    Le Parlement japonais a adopté, dans les premières heures de ce samedi 19 septembre 2015, des lois controversées qui autorisent l’armée japonaise à participer à des opérations militaires extérieures, et ce pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour assurer le passage de ces lois de défense au Parlement, le gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe a réinterprété la Constitution pacifiste, suscitant la colère d'une majorité de Japonais qui y restent attachés.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Aux termes de sa Constitution, imposée par les Américains après sa défaite en 1945, le Japon renonce à jamais à la guerre pour résoudre des conflits. Pour les pacifistes japonais, l'envoi de troupes japonaises à l’étranger pour aider des alliés, à commencer par les Etats-Unis, est une trahison de la Constitution pacifiste. Ceux qui manifestent devant le Parlement depuis des semaines ont crié, en apprenant le résultat du scrutin. Pour eux, ces lois de guerre vont précipiter le Japon dans des conflits au bout du monde.

    Pour pousser ses feux, le Premier ministre Shinzo Abe a usé d'un argument de poids : la Chine et ses ambitions régionales grandissantes, notamment sur fond d'augmentation à deux chiffres de son budget militaire tous les ans. Mais en ne cantonnant plus l’armée japonaise à la seule défense de l'archipel, le Premier ministre Shinzo Abe dit aussi que l'environnement sécuritaire du Japon a beaucoup changé. Il a néanmoins choisi de ne pas réviser sa Constitution pacifiste, car cela se serait avéré très long et très compliqué.

    Le Japon ne veut plus être un protectorat des Etats-Unis

    Pour amender l'article 9 de la Constitution japonaise, qui consacre la renonciation à la guerre, il faut un vote des deux tiers au moins des membres de chaque chambre du Parlement. Plus un référendum. Les voisins du Japon, qui ont des contentieux territoriaux avec la Chine, veulent voir le Japon assumer plus de responsabilités dans la sécurité de la région aux côtés des Etats-Unis.

    Selon les sondages, 55 % des Japonais s'opposent à la participation du Japon à un système de défense collective. En même temps, ils votent pour le parti conservateur du Premier ministre Shinzo Abe. Ils tiennent à leur idéalisme pacifiste, mais ils sont aussi réalistes : la menace chinoise force le Japon à sortir de sa somnolence pacifiste. Le protecteur américain veut passer à un véritable partenariat en matière de défense avec le Japon. Rendre l'alliance égale. Le Japon, lui, ne veut plus être un protectorat des Etats-Unis. C'est ce qu'indique aujourd'hui le Premier ministre Shinzo Abe.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.