GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Indonésie: hausse des ventes de boeufs à la veille de l'Aïd el-Kébir

    media

    Dans le plus grand pays musulman du monde, en Indonésie, c’est l’heure des derniers préparatifs avant la fête de l’Aid el Kébir. Ici les plus riches sacrifient des boeufs plutôt que des chèvres et des moutons, et viennent se fournir chez Doni, dans la banlieue de Jakarta. Reportage.
     

    Avec notre correspondante à JakartaMarie Dhumières

    Un mois par an, le stand d’exposition de voitures d’occasions de Doni se transforme en « magasin de l’animal sacrifié ». « Il y a des bœufs de Madura, des bœufs Limousins, des bœufs d’Australie », explique Yunita, vendeuse dans le magasin.

    Chapeau de cow-boy sur la tête, elle consulte son iPad pour indiquer aux clients le prix et le poids des bœufs. Ici, les bêtes les moins chères se vendent à 800 euros,les plus chères à près de 25 000 euros. L’une de bêtes de luxe a déjà été acheté explique Doni, le patron du magasin : « Ils veulent rester anonymes pour ne pas paraître arrogants mais ils sont venus ici en Lamborghini, c’est une voiture assez chère, ça aurait été bizarre qu’ils repartent avec une vache à 1000 euros. »

    Un magasin attractif car moderne

    Selon Doni, si son magasin attire les responsables du gouvernement et les hommes d’affaires, c’est parce qu’ici tout est moderne. « Il y a la climatisation et on peut payer par carte », explique-t-il. Les tenues moulantes des vendeuses déguisées en cow-girl sont aussi une des particularité de son magasin.

    « Au début, on leur a demandé de porter des tenues islamiques, mais ça n’était pas pratique pour travailler avec les bœufs, donc maintenant elles portent des tenues de cows-girls. Mais on a vérifié avec le conseil des oulémas, c’est bon, c’est halal. » A l’arrière du magasin, un employé fait monter un bœuf dans un camion. Il vient d’être acheté par le gouvernement local.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.