GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    En Inde, les interdictions de vente de viande exacerbent les tensions

    media Premier jour de l'interdiction de vente de poulet à Bombay, le 10 septembre 2015. AFP PHOTO/ INDRANIL MUKHERJEE

    Le gouvernement de la ville de Bombay en Inde a récemment décidé d'interdire la vente de viande lors d'un festival religieux observé par une communauté minoritaire strictement végétarienne, les Jaïns. Cette interdiction a été étendue à plusieurs régions. Au Cachemire indien notamment, une loi coloniale interdisant l'abattage de boeuf a été exhumée, et a provoqué des manifestations dans cette région à majorité musulmane. Ces interdictions sont perçues comme des tentatives délibérées de la droite hindouiste au pouvoir d'exacerber les tensions inter-communautarisme.

    De notre correspondant à New Delhi,

    L'annonce de la municipalité d'une interdiction de la vente de viande de poulet, de mouton et de porc pendant huit jours lors du festival de Paryushana, célébré par la communauté jaïn a déclenché la colère. Cette communauté est ultra-minoritaire, elle représente moins de 0,4% de la population indienne. Mais elle est influente dans la capitale économique indienne. Strictement végétariens, les Jaïns proscrivent même la consommation de certains légumes, comme les oignons. Ce décret a déclenché depuis des réactions houleuses dans les rues et sur les réseaux sociaux. Le BJP, le parti nationaliste hindou au pouvoir en Inde, à Bombay et dans l'Etat du Maharashtra, a été obligé de faire marche-arrière dans la ville, notamment après que son propre allié à la municipalité de Bombay, le parti régionaliste du Shiv Sena, s'est opposé à l'interdiction.

    Les interdictions de viande de plus en plus fréquentes

    Ces interdictions temporaires ne sont pas nouvelles à Bombay: dans la capitale économique, le parti du Congrès, le grand rival du BJP avait déjà tenté d'instaurer à plusieurs reprises des interdictions ou des restrictions lors des fêtes jains, à la demande de la communauté. Mais jamais une interdiction aussi stricte et d'une durée si longue -huit jours- n'avaient été à l'ordre du jour, dans une ville réputée pour sa tradition cosmopolite.

    La bataille des pro et des anti-viande

    Nombre de magasins vendant du poulet sont restés ouverts, même pendant les deux jours prévus pour l'interdiction de la vente. De nombreuses personnes, dont un juge de la haute cour de Bombay se sont d'ailleurs interrogés sur la logique d'interdire la viande de mouton et de poulet, par respect pour la communauté jaïn mais pas, par exemple, du poisson et des oeufs. Mais pour les détracteurs du BJP, cette deuxième interdiction en 6 mois à Bombay et au Maharashtra, est une nouvelle preuve que le parti hindouiste cherche à instrumentaliser le végétarisme à des fins politiques. Le BJP avait en effet déjà interdit la vente et la consommation de viande bovine dans l'Etat en mars dernier. Une mesure qui avait touché du jour au lendemain des dizaines de milliers de commerçants, dont la grande majorité sont musulmans.

    L’Inde, premier exportateur de viande bovine

    Ces interdictions ne touchent pas uniquement Bombay mais ont également gagné d'autres régions du pays, notamment les régions de l'ouest où vivent une majorité de Jaïns, et où le BJP est au pouvoir. Au Rajasthan, la vente de viande et de poisson a été interdite pendant 3 jours en septembre. Au Gujarat, l'abattage public de bétail a été interdit pendant une semaine. Mais aussi au Cachemire indien où la justice à décidé de faire respecter ce mois-ci une loi datant de 1932 sur l'interdiction de l'abattage de vaches, qui n'avait pas été réellement appliquée depuis l'indépendance. Cette décision a provoqué de violentes manifestations dans cette région à majorité musulmane, qui se sont poursuivies pendant l'Aïd-el Fetir.

    Les opposants à ces interdictions à travers l'Inde dénoncent un fascisme religieux et culturel instigué par la droite hindouiste. Il faut rappeler que seulement 30 et 40% des Indiens sont végétariens. Et l'Inde est actuellement le premier exportateur mondial de viande bovine, même si cette viande est principalement de la viande de buffle et non du boeuf.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.