GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Aujourd'hui
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L’île de Nauru va libérer 600 migrants du camp de rétention australien

    media La minuscule République de Nauru a annoncé qu'elle ouvrirait les portes de son camp de rétention, où vivent plus de 600 personnes dont les demandes d'asile n'ont pas été instruites. ( Photo : Wikimédia)

    Nauru s'apprête à relâcher plus de 600 migrants. Cette micro République située dans l'océan Pacifique héberge les migrants de l'Australie dans un centre de rétention. C'est là que sont refoulés les clandestins. Certains sont enfermés depuis plus de trois ans, mais le gouvernement de Nauru a annoncé leur libération.

    De notre correspondante en Australie,

    L'annonce de ces libérations a constitué une surprise mais Nauru n'a pas pris sa décision seule. C'est bien le gouvernement australien qui tire les ficelles. C'est Canberra qui finance à coups de milliards ce centre de rétention posé en plein océan Pacifique. Mais officiellement, c'est le gouvernement de Nauru qui examine les demandes d'asile des internés/retenus.

    Une grande partie de ces 600 migrants sont enfermés depuis plus de trois ans. Et là, tout à coup, Nauru annonce qu'elle aura fini d'examiner leurs dossiers d'ici la fin de la semaine prochaine, et très probablement, une écrasante majorité d'entre eux obtiendront leur statut de réfugiés et un visa de cinq ans pour rester à Nauru. Ils seront donc libres de quitter le centre de rétention. Mais c'est une libération sans liberté, une solution qui n'est pas viable. Il n'y a pas d'emplois à Nauru, pas de système de soins suffisant. Et l'installation de plus de 600 migrants ne plaît pas forcément aux 9 500 habitants. Deux réfugiées affirment avoir été violées récemment par des Nauruans, deux jeunes hommes, eux, affirment avoir été tabassés.

    Quelle destination pour les réfugiés de Nauru ?

    Le gouvernement australien l'a encore redit cette semaine : les migrants qui ont tenté de s'introduire en Australie clandestinement par bateau ne poseront jamais le pied dans le pays. Parce que, affirme Canberra, se sont des tricheurs, ils ont essayé de passer avant les autres réfugiés qui, eux, patientent actuellement dans divers camps dans le monde. L'Australie accueillera 12 000 réfugiés syriens cette année arrivés par les voies de migration légales.

    Il reste donc deux autres options aux réfugiés coincés à Nauru: ils peuvent demander à être renvoyés dans leur pays d'origine, fût-il l'Irak ou la Syrie. Ou alors, choisir d'aller refaire leur vie au Cambodge en vertu de l'accord passé par l'Australie. Mais jusqu'à présent seuls 4 migrants se sont portés volontaires. Mardi 6 octobre, le ministre de l'Immigration a indiqué que l'Australie menait des négociations avec d'autres pays tiers pour y envoyer ses réfugiés. Mais il refuse d'en dire plus.

    La justice s'en mêle

    Cette semaine, la Haute Cour, la plus haute juridiction d'Australie, pourrait déclarer illégale - anticonstitutionnelle -, la rétention obligatoire des demandeurs d'asile à l'étranger. Elle examine déjà 200 plaintes de migrants, mais en particulier, aujourd'hui, celle d'une femme du Bangladesh. Or ses avocats ont trouvé un biais inédit : le gouvernement australien n'a pas demandé l'approbation du Parlement quand il a décidé de financer les centres de rétention à Nauru et à Manus. Une erreur qui pourrait pousser les juges de la Haute Cour à mettre un terme à la détention des migrants. Le verdict sera connu au plus tôt jeudi, mais le gouvernement australien prend déjà ses précautions en faisant libérer les réfugiés de Nauru. Même si, officiellement, Canberra affirme que ce n'est qu'une coïncidence de calendrier.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.