GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Mali: 24 soldats maliens et 17 jihadistes tués dans des combats
    • Éliminatoires CAN 2021: l’Algérie évite le piège botswanais et s’impose à Gaborone, 1-0
    • Colonies israéliennes: l'Autorité palestinienne dénonce la position de Washington
    • Washington ne considère plus les colonies israéliennes contraires au droit international (Pompeo)
    • Iran: Washington met fin à une dérogation pour l'usine nucléaire de Fordo (Pompeo)
    • Le groupe sidérurgique indien Tata Steel va supprimer jusqu'à 3.000 emplois en Europe
    • Hong Kong: l'UE demande à la police d'éviter la violence (déclaration)
    • Éliminatoires CAN 2021: la RD Congo tenue en échec par la Gambie à Banjul, 2-2, dans le groupe D
    • Pont effondré près de Toulouse: un deuxième mort retrouvé (maire)
    • Plus de 100.000 enfants en détention aux États-Unis en lien avec l'immigration (ONU)
    Asie-Pacifique

    Birmanie: signature d'un accord de cessez-le-feu partiel

    media Thein Sein, le président de la Birmanie, lors d'une rencontre avec des groupes rebelles, le 9 septembre 2015. REUTERS/Soe Zeya Tun

    Après trois ans de négociations et plus de 300 réunions, un accord de cessez-le-feu a été signé ce jeudi en Birmanie. Le gouvernement des anciens militaires vient de conclure la paix avec huit groupes ethniques armés qui combattaient l'autorité centrale depuis des décennies. Mais cet accord reste partiel. Le gouvernement n'a pas réussi à convaincre toutes les rébellions du pays de signer.

    Avec notre correspondant à Rangoon,  Rémy Favre

    Il fallait signer vite, avant les élections législatives du 8 novembre. Les anciens militaires au pouvoir en Birmanie voulaient à tout prix conclure cet accord avant le scrutin pour redorer leur image et se présenter aux électeurs comme ceux qui ont apporté la paix dans le pays.

    Il fallait donc aller vite, quitte à ne pas signer avec les récalcitrants et de fait, la moitié des rébellions de Birmanie, y compris les plus puissantes, les Kachins et les Was, ont refusé de parapher l'accord ce jeudi matin. Elles estiment que les négociations devaient inclure tous les groupes ethniques pour parvenir à un véritable accord de cessez-le-feu national et mettre fin à six décennies de conflit.

    Huit groupes ethniques sur 21 signataires

    Mais le gouvernement n'a pas négocié avec trois rébellions qui combattent au nord-est du pays depuis le début de l'année. L'accord est donc partiel. Seuls huit groupes ethniques armés sur les 21 à avoir pris part aux négociations signent le texte. Il ne règle pas définitivement la question ethnique en Birmanie alors que les combats, ces dernières semaines, ont été quotidiens dans le nord du pays. Le gouvernement a d'ailleurs annoncé il y a quelques jours que les élections législatives ne pourraient pas avoir lieu dans ces zones.

    « Le dialogue avait été élargi à un nombre important de groupes ethniques et puis au fur et à mesure de la date de l’approche de la signature, des conflits ou en tout cas des différends sont apparus, notamment sur la démilitarisation des zones impliquées dans cet accord, explique Sophie Boisseau du Rocher, chercheuse Asia Centre. Et le gouvernement n’a pas réussi son pari qui était un peu fou d’ailleurs, de réunir l’ensemble des belligérants autour d’un texte unique. Ce sont surtout des groupes de l’est qui ont signé cet accord. Ceux qui ne rejoignent pas l’accord sont notamment les groupes du nord qui ont signé déjà des accords avec la Chine. »

    Ce cessez-le-feu doit ouvrir la voie à un dialogue politique avec les insurgés qui ont signé. Ils veulent plus d'autonomie au niveau local. Ils souhaitent créer un Etat fédéral en Birmanie. « Il y a là toute une ambigüité sur le jeu de ces minorités qui sont en cheval entre le Myanmar et la Chine qu’il va falloir convaincre de rejoindre une union fédérale, un projet politique, analyse-t-elle. Ils auront parfois tendance à penser qu’une situation de conflit conforte mieux leurs intérêts qu’une dilution dans un ensemble plus vaste. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.