GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Canada accepte un projet géant d'exportation de gaz de Petronas (gouvernement)
    Asie-Pacifique

    Le Pakistan sous très haute tension pour la fête de l’Achoura

    media Des policiers pakistanais verrouillent un magasin à Quetta, ce jeudi 22 octobre 2015, en prévision de la procession chiite pour la fête de l'Achoura. AFP PHOTO / Banaras KHAN

    Alors que débute la fête de l’Achoura, une attaque suicide contre une mosquée chiite a fait au moins 11 morts ce jeudi soir 22 octobre. L’Achoura est l’un des évènements les plus importants du calendrier de la minorité musulmane chiite. Les pèlerins commémorent le martyr de l’imam Hussein, petit-fils du prophète, tué en 680. Au Pakistan, cette fête est un jour férié placé sous très haute protection.

    Au Pakistan, les chiites représentent 20 % des près de 200 000 millions d’habitants du pays. Et cette fête de l’Achoura donne lieu à d’imposants rassemblements suivis d’interminables processions et de nombreux prêches. Au rythme des tambours et des chants religieux, certains, notamment de jeunes hommes, se frappent le crâne jusqu’au sang ou se martèlent la poitrine. D’autres se flagellent le dos : un rituel sanglant pour expier les fautes de leurs ancêtres.

    La ville de Rawalpindi, aux portes d’Islamabad a été le théâtre, il y a deux ans, d’affrontements entre sunnites et chiites quand une procession est passée devant une mosquée sunnite. Onze personnes sont mortes. Afin de prévenir d’éventuelles violences, les autorités ont mis en place tout un dispositif sécuritaire.

    Près de 20 000 hommes en armes ont été déployés dans tout le pays en plus des habituels dispositifs de sécurité. Dans la cité bondée de Rawalpindi, de plusieurs millions d’habitants, en plus des hommes en armes, 450 caméras viennent d’être installées sur le parcours de la procession et les commerces sont fermés jusqu’à samedi soir. De nombreuses routes sont bloquées par des containers afin éviter toute intrusion de combattants ou de voiture piégée.

    Craintes de possibles attentats

    L’administration a tenu une série de pourparlers avec différents leaders religieux pour s’assurer qu’aucun appel à la violence ne serait lancé. Cette année, les craintes ne sont pas focalisées sur les tensions entre sunnites et chiites mais sur de possibles attentats. La menace de jihadistes appartenant au groupe Etat Islamique est prise très au sérieux. Le mouvement d’extrémistes sunnites considère en effet que les chiites sont des hérétiques qui méritent la mort.

    En mai dernier, une attaque contre un bus rempli de chiites dans le sud du pays avait fait 45 morts. Le gouvernement a toujours démenti l’implication de l’Etat islamique, mais un ancien ministre vient d’affirmer lundi que le groupe radical était bien responsable de cette attaque.

    Cette présence sur le sol pakistanais, bien qu’elle ne soit pas officielle, donne régulièrement lieu à des affrontements entre l’armée et des groupuscules liés à Daech. La fête de l’Achoura a déjà par le passé, été la cible privilégiée de groupes armés sunnites, notamment dans la province du Balouchistan au sud-ouest et dans les zones frontalières de l’Afghanistan.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.