GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 12 Décembre
Mardi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Kenya: plus de 30 morts dans l'explosion d'un camion-citerne après un accident (police)
    Asie-Pacifique

    Vanuatu: prison ferme pour 14 parlementaires coupables de corruption

    media Baldwin Lonsdale, le président du Vanuatu, espère ne pas avoir à convoquer de nouvelles élections alors que la moitié de son gouvernement est condamnée à des peines de prison allant jusqu'à 4 ans. REUTERS/Issei Kato

    Le Vanuatu, ce petit pays du Pacifique Sud, se remet peu à peu du passage d’un cyclone extrêmement puissant en mars dernier. Mais depuis ce jeudi 22 octobre, c’est un séisme politique qui secoue le pays : 14 députés ont été condamnés à de la prison, ce qui met la moitié du gouvernement derrière les barreaux.

    Le vice-Premier ministre Moana Carcasses hérite de la plus lourde peine : 4 ans de réclusion. Il est au centre de l’affaire, reconnu coupable d’avoir versé l’an dernier, alors qu’il dirigeait l’opposition, l’équivalent de 280 000 euros à des députés pour qu'ils votent une motion de censure et fassent tomber le gouvernement de l’époque.

    Ces députés sont pour la plupart aujourd’hui ministres : des Affaires étrangères, des Travaux publics, de la Jeunesse et des Sports, du Changement climatique. Tous ont été condamnés à trois ans de prison, à part le ministre des Finances, le seul à avoir plaidé coupable, qui hérite de vingt mois de prison avec sursis.

    Le président du Vanuatu, Baldwin Lonsdale, a reçu ce jeudi 22 octobre, le Premier ministre et les chefs de l’opposition, il a indiqué qu'il espérait ne pas avoir à convoquer de nouvelles élections.

    En attendant, les ennuis judiciaires d'une partie de ces condamnés ne sont pas terminés, car, il y a une dizaine de jours, le président du Parlement, Marcellino Pipite, avait profité d'un voyage à l’étranger de Baldwin Lonsdale pour amnistier tous les députés reconnus coupables dans cette affaire de corruption… Et il en faisait évidemment partie. L’amnistie a été annulée dès le retour précipité du président Baldwin Lonsdale, furieux. Onze députés sont donc encore poursuivis pour « conspiration visant à pervertir le cour de la justice ».

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.