GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Aujourd'hui
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • UE-France: les baisses d'impôt proposées par le gouvernement doivent être «compatibles avec les engagements» (Moscovici)
    • Pétrole: Téhéran veut récupérer sa part du marché d'avant les sanctions (ministre)
    • Attentat à Cizre en Turquie: au moins huit policiers tués, 45 blessés (agence)
    • Somalie: sept personnes sont mortes dans l'attaque, jeudi, d'un restaurant à Mogadiscio (officiel)
    • Séisme en Italie: encore une quarantaine de répliques plus légères dans la nuit de jeudi à vendredi
    • Au Népal, un autobus plonge dans une rivière dans la province de Chitwan, il y a 21 morts (responsable)
    Afrique

    Quand la capitale indienne vibre aux sons et couleurs de l’Afrique

    media Sur les murs de l'aéroport, le Premier ministre Modi prêche la bonne parole sur fond d'annonce du prochain sommet Inde-Afrique. MEA, New Delhi

    Les hôtels ont été pris d’assaut. Des Mercedes luxueuses parcourent déjà les grands axes de New Delhi, transportant les délégations venues dans la capitale indienne pour participer au troisième sommet Inde-Afrique.
     

    De notre envoyé spécial à New Delhi,

    C’est un grand raout diplomatique que New Delhi s’apprête à recevoir à partir du 26 octobre. Une quarantaine de chefs d’Etat africains sur les 54 pays du continent ont confirmé leur présence. D'importantes délégations composées de ministres, d’industriels et autres journalistes vont accompagner les présidents. Ce troisième sommet Inde-Afrique sera la plus grande rencontre internationale à se tenir dans la capitale indienne depuis mars 1983. A cette date, Indira Gandhi y accueillait la conférence des chefs d’Etat des pays Non-Alignés.

    La paternité de l’idée d’inviter tous les chefs d’Etat africains revient au Premier ministre indien Narendra Modi qui veut donner une nouvelle impulsion aux relations indo-africaines. Il a donc rompu avec la pratique de ses prédécesseurs qui s’appuyaient sur l’Union africaine pour désigner un nombre limité de pays à inviter dans le cadre de « la formule de Banjul ».

    En 2008, au premier sommet indo-africain, seulement quatorze chefs d’Etat avaient fait le déplacement à New Delhi et seulement 11 étaient présents au deuxième rendez-vous qui s’est tenu à Addis-Abeba en 2011. Le troisième sommet devait se tenir en août 2014, mais avait été annulé in extremis à cause de l’épidémie d’Ebola qui sévissait à l’époque dans plusieurs pays d’Afrique.

    55 Mercedes classe S

    La décision avait d’ailleurs été mal vue par les Africains. C’est un peu pour se faire pardonner que le Premier ministre indien a adopté une approche inclusive, allant jusqu’à déléguer ses sherpas pour remettre personnellement les invitations aux chefs d’Etat.

     

    Le ministre chargé du Développement urbain fait le tour du stade couvert réaménagé pour les besoins du sommet Inde-Afrique. MEA, Inde

    Mais New Delhi a-t-elle les infrastructures nécessaires pour recevoir autant de monde ? 2 000 délégués et près de 500 journalistes devraient arriver en Inde entre dimanche et lundi. Les hôtels de la capitale ont été pris d’assaut. Pour transporter les chefs d’Etat, le ministère des Affaires étrangères a commandé 55 Mercedes classe S aux aménagements particulièrement luxueux.

    Quant au déroulement du sommet à proprement parler, il ne se tiendra pas à Vigyan Bhawan, le site habituel de la capitale dédié aux conférences internationales, mais au stade couvert Indira Gandhi qui a été réaménagé pour l’occasion.

    Pendant les cinq jours que va durer le sommet, Delhi va vibrer aux sons et aux couleurs de cette rencontre. Dès le débarquement à l’aéroport international, les délégués peuvent voir les publicités qui ornent les murs, faisant l’éloge de la coopération indo-africaine.

    Show chorégraphique sur une musique indo-africaine

    Dimanche matin, les ambassadeurs des pays africains à New Delhi (ils sont au nombre de 42, alors que l’Inde ne compte que 29 ambassades en Afrique) ont été conviés à planter un rosier dans le jardin fraîchement créé. Il servira de symbole de l’amitié entre les peuples de l’Inde et de l’Afrique.

    « La population de Delhi pourra elle aussi participer à ce raout à travers le programme culturel que nous avons mis en place », a expliqué aux journalistes un responsable du service culturel de la municipalité de New Delhi. Au programme des festivités, une pièce de théâtre remémorant le séjour de Gandhi en Afrique du Sud, mais aussi des danses folkloriques indiennes et africaines, les tambours d’Egypte, d’Ethiopie et de Ghana pour faire danser le public indien.

    Enfin, le 31, les habitants de Delhi pourront assister à un show chorégraphique sur une musique indo-africaine, intitulé « Africa in India » (Afrique en Inde). Puis, last but not least, un écran géant a été installé au Central Park pour permettre au grand public de Delhi de discuter avec des jeunes de Lagos par vidéo-conférence.

    Pour les Africains qui vivent en Inde, cette interaction « people-to-people » est ce qui a manqué jusqu’ici aux relations indo-africaines. « Les Indiens ne connaissent pas l’Afrique », déplorait lors d’un récent colloque madame Gennet Zewide, doyenne des ambassadeurs africains à New Delhi. Lorsqu’elle dit aux Indiens qu’elle vient d’Ethiopie, on lui demande invariablement : « Dîtes-moi, c’est où l’Ethiopie ? N'est-ce pas une province du Nigeria ? ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.