GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: une partie de l’électorat exclue du vote aux législatives

    media Dans le quartier rohingya musulman de Borga Fara, à l'ouest de la Birmanie. Rémy Favre

    C’est une élection nationale, mais tous ne pourront pas voter. La Birmanie organise des élections législatives dans dix jours, le 8 novembre prochain. La Ligue nationale pour la démocratie, dirigée par Aung San Suu Kyi, espère remporter le scrutin face au parti des anciens militaires actuellement au pouvoir. Mais l’équité de l’élection est déjà mise en cause, car une large fraction de l’électorat est exclue du vote. Le Centre Carter, qui observe le scrutin et la campagne, s’inquiète aujourd’hui des conditions dans lesquelles ces élections vont se dérouler.

    Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

    Environ 10 % des électeurs birmans seront privés de scrutin. La commission électorale a annulé le vote cette semaine dans deux townships et cinquante villages de l’Etat Shan à l’est du pays, où des combats opposent régulièrement l’armée gouvernementale à des groupes rebelles. Il y a deux semaines, elle avait déjà invalidé le scrutin dans 400 autres villages à travers le pays pour la même raison.

    La plupart des Birmans établis à l’étranger – ils sont deux millions - ne pourront pas voter non plus. Et cette année le pouvoir a retiré le droit de vote à la minorité rohingya. C’est la première fois depuis l’indépendance du pays en 1948 que cette minorité musulmane très persécutée ne pourra pas participer à une élection. Environ 800 000 Rohingyas  vivent à l’ouest du pays.

    Traditionnellement, les Birmans de l’étranger et les minorités ethniques ne soutiennent pas le gouvernement des anciens militaires. Ils votent davantage pour l’opposition pro-démocratique ou les partis ethniques. Une formation politique de l’ethnie Shan estime que l’annulation de l’élection dans de nombreuses circonscriptions permettra au parti au pouvoir de ne pas perdre là où il n’avait aucune chance de gagner.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.