GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pyongyang enverrait de plus en plus de travailleurs à l'étranger

    media Le numéro un nord-coréen Kim Jong-un à Pyongyang. Photo délivrée par le régime le 23 octobre 2015. REUTERS/KCNA ATTENTION EDITORS

    Plus de 50 000 Nord-Coréens ont été envoyés à l'étranger, dans des conditions équivalentes au travail forcé. C'est ce qu'a indiqué un expert en droits de l'homme de l'ONU dans un rapport qui doit être débattu cette semaine par l'Assemblée générale. Cette pratique serait de plus en plus répandue et rapporterait des milliards de dollars au régime de Pyongyang.

    Le régime de Corée du Nord envoie des dizaines de milliers de travailleurs à l'étranger dans des conditions qui s'apparentent au travail forcé. Plus de 50 000 Nord-Coréens sont ainsi employés dans les secteurs du bâtiment, des mines, de l'informatique et du textile sans rien connaître de leurs contrats. La plupart d'entre eux travaillent en Russie et en Chine, mais Marzuki Darusman, le rapporteur spécial de l'ONU pour la Corée du Nord, indique 15 autres destinations, dont l'Algérie, l'Angola, le Koweït et la Pologne.

    Tous subissent le même sort : ils sont employés dans des conditions inhumaines et inacceptables. M. Darusman cite notamment l'exemple d'une entreprise du bâtiment au Qatar, qui a renvoyé cette année 90 Nord-Coréens qui travaillaient plus de 12 heures par jour et étaient sous-alimentés. Cette pratique très lucrative rapporterait à la Corée du Nord entre 1,2 et 2,3 milliards de dollars par an. Marzuki Darusman, qui accuse Pyongyang de « déni quasi total des droits de l'homme », a de nouveau appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à poursuivre le régime nord-coréen devant le Tribunal pénal international pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.