GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: deux attentats ciblent des intellectuels laïcs

    media Un attentat a blessé grièvement trois défenseurs de la laïcité dans la maison d'édition de l'éditeur Ahmedur Rashid Tutul. Dacca, le 31 octobre 2015. AFP PHOTO / Munir uz ZAMAN

    Deux nouveaux attentats dans la sphère des blogueurs laïcs au Bangladesh ont été perpétrés ce samedi à Dacca, la capitale du Bangladesh. Trois personnes ont été attaquées dans une maison d'édition à coup de machettes. Elles sont dans un état critique. Quelques heures plus tard, c'est un éditeur laïc qui a été assassiné dans son bureau. Faisal Arefin Dipan, lui même un écrivain et un intellectuel connu dans le pays, travaillait avec des écrivains athées.
     

    Vers quinze heures, trois hommes armés se faisant passer pour des acheteurs pénètrent dans le siège de la maison d’édition Shuddhaswar, au troisième étage d’un immeuble de Dacca. Ils sortent des machettes, un pistolet et attaquent deux blogueurs et l’éditeur, qui est dans un état critique.

    Ahmedur Rashid Tutul avait publié les livres de plusieurs défenseurs de la laïcité, parmi lesquels Avijit Roy, un blogueur américain d’origine bangladaise assassiné en février dernier.

    Quelques heures plus tard, le père d’un autre éditeur, Faisal Arefin Dipan, retrouve son fils mort dans une mare de sang, poignardé au cou à son bureau de Dacca,. Lui aussi publiait Avijit Roy et d’autres écrivains athées. C'est au moins le cinquième défenseur de la laïcité à être assassiné depuis le début de l’année. Beaucoup signent aujourd’hui sous des pseudonymes ou se sont enfuis à l’étranger.

    A l’annonce de ces attaques, plusieurs centaines de personnes sont descendues samedi soir dans les rues de la capitale accusant le gouvernement de ne pas protéger les écrivains athées. Il y a deux ans, des laïcs avaient organisé des manifestations de grande ampleur contre les islamistes condamnés pour des crimes de guerre commis en 1971, lors de la séparation d’avec le Pakistan. Le Hefazat-e-Islam, le plus vaste mouvement d'islamistes radicaux du pays, avait alors demandé la mort pour tous les organisateurs.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.