GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Un sommet Chine populaire-Taiwan réglé au cordeau

    media Les présidents de la République de Chine et de la République populaire de Chine, MM. Ma Ying-jeou et Xi Jinping, ont rendez-vous à Singapour ce samedi. REUTERS/Pichi Chuang /Muneyoshi Someya

    C'est une première rencontre au sommet entre deux rivaux historiques, la République populaire de Chine et la République de Chine. Autrement dit, entre les plus hauts dirigeants de la Chine continentale et de l'insulaire Taiwan, régime issu de l'ancien pouvoir chinois. Depuis la guerre civile, qui a opposé les communistes de Mao Zedong et les nationalistes du président chinois de l'époque, Chiang Kaï-chek - exilé avec les siens à Taiwan en 1949 -, aucun numéro un chinois n'a jamais rencontré son homologue taiwanais. Samedi 7 novembre, Xi jinping et Ma Ying-jeou vont le faire. Il y a quelques jours encore, personne ne s'y attendait.

    Cette rencontre historique a été préparée dans le moindre détail et dans le plus grand secret. Un terrain neutre : Singapour. Une heure de rencontre : samedi après-midi. Sept personnes de chaque côté. Pas de communiqué final, mais des conférences de presse séparées. Et tout de même un dîner pour clôturer le rendez-vous, qui a déjà sa place dans les livres d'histoire, rapporte notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy.

    Pour le président Ma, c'est une première étape vers la normalisation des relations diplomatiques entre les deux rives du détroit. Mais la « politique des trois non » reste en vigueur : « non » à l'unification, « non » à la séparation (c'est-à-dire l'indépendance formelle de Taiwan, et « non » au recours à la force.

    L'homme fort du régime chinois pendant la Seconde Guerre mondiale, Chiang Kai-chek, en compagnie de son allié de circonstance communiste de l'époque, Mao Zedong, qui renversera le Kuomintang quatre ans après cette rencontre de 1945. Wikimedia Commons / Domaine public

    Le choix de Singapour est également hautement symbolique. C'est d'une rencontre entre diplomates chinois et taiwanais à Singapour qu'est né le « consensus de 1992 », selon lequel les deux parties acceptent le concept de la « Chine unique », tout en s'autorisant leur propre définition de cette Chine unique...

    Les sujets délicats seront soigneusement évités. On ne parlera donc pas des contentieux territoriaux en mer de Chine. Par souci de dignité et de réciprocité, les deux présidents s'appelleront « Monsieur Ma » et « Monsieur Xi ». S'appeler « président » serait contraire au consensus de 1992 : une seule Chine ne saurait avoir deux présidents !

    Arrière-pensées électorales

    Cette rencontre arrive à point nommé pour le dirigeant taïwanais. Son parti est donné perdant à la présidentielle de janvier prochain. Pour celui qui avait été élu en 2008 sur l’idée d’un rapprochement avec Pékin, ce moment historique permet de souligner en creux les bénéfices que les Taïwanais ont retirés de sa présidence : le lancement de vols directs entre Taipei et Pékin, la conclusion d’accords commerciaux et un boom touristique.

    Mais le sommet a été accueilli fraîchement par une partie de son opinion qui y voit une manipulation politique avant les élections. Certains estiment aussi que ce sont surtout les grosses entreprises qui ont profité du rapprochement. Enfin, l’opposition accuse Ma Ying-jeou de vendre l’île à Pékin. Le président taïwanais s’en est défendu, jeudi lors d’une déclaration à la nation, en soulignant qu’aucun accord ne serait signé.

    Certains voient dans cette rencontre une déclaration publique de soutien de la part de Pékin au parti de Ma Ying-jeou. D’autres l’interprètent comme une tentative chinoise de rapprochement avec un allié des Etats-Unis, alors que la situation est toujours aussi tendue en mer de Chine méridionale.

    On attend une rencontre avec le président chinois sur un pied d'égalité, mais de ce qu'on voit déjà, ce ne sera certainement pas le cas.
    Chih-Chung Wu professeur en sciences politiques de l'université taïwanaise de Soochow 07/11/2015 - par Juliette Gheerbrant Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.