GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Mai
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: des milliers d’Hazaras manifestent devant la présidence

    media En Afghanistan, des milliers de manifestants de la communauté chiite hazara se sont rassemblés devant le palais présidentiel. REUTERS/Omar Sobhani

    En Afghanistan, des milliers de manifestants de la communauté chiite hazara se sont rassemblés devant le palais présidentiel, après l'égorgement de sept membres de leur communauté ce week-end dans le sud de l'Afghanistan. Une manifestation éminemment politique où les participants ont réclamé des comptes au président Ashraf Ghani. Des tirs de sommation ont également été tirés par la police, pour tenter d'accélérer la dispersion de la foule.

    Avec notre correspondant à Kaboul, Joël Bronner

    Aux abords du centre-ville de Kaboul, des dizaines et des dizaines de camionnettes venues de nombreuses provinces du pays attendent le retour des manifestants. Sur chacune, des photos de cadavres retrouvés ce week-end, en particulier ceux de jeunes enfants. Tous appartiennent à la minorité ethnique des Hazaras, aisément identifiables à leurs traits asiatiques.

    Une communauté à laquelle appartient Aref, manifestant de 25 ans : « C'est la communauté hazara qui a été spécifiquement visée. Pourtant les Hazaras ne sont pas des terroristes et ne soutiennent en aucun cas le terrorisme. Mais ils se retrouvent sacrifiés en raison du désintérêt du gouvernement. »

    En Afghanistan, les Hazaras passent pour la communauté la plus pacifique et tolérante du pays. Pour preuve, les femmes sont également présentes dans la rue, malgré le conservatisme ambiant dans le pays. Etudiante de 21 ans, Martab attend davantage de protection de la part du gouvernement. « Aujourd'hui, dit-elle, nous sommes venus manifester pour demander justice. Le président Ashraf Ghani doit soit quitter ses fonctions soit nous apporter la sécurité qu'il avait promise. L'un ou l'autre : démissionner ou rendre la justice. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.