GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: l'armée se soumettra au choix des électeurs

    media Après sa large victoire annoncée, Aung San Suu Kyi est en position de force. Reuters

    Aung San Suu Kyi revendique désormais 82% des sièges en jeu au Parlement national de Birmanie. L’opposante estime que la victoire est acquise, une large victoire, même, aux législatives de dimanche dernier, pour son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND). Plusieurs de ses adversaires du parti des militaires actuellement au pouvoir ont d’ailleurs concédé leur défaite. Néanmoins, ces résultats ne sont pas encore confirmés dans leur ensemble par la commission électorale mais ils indiquent déjà une poussée très forte de la LND. Du coup, Aung San Suu Kyi pense déjà à l’après élection et à un transfert du pouvoir.

    Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

    Aung San Suu Kyi est en position de force, elle pense avoir la majorité au Parlement, alors, elle veut engager le dialogue, un dialogue qu’elle n’avait pas pu réussi à instaurer avant les élections. L'opposante de la LND a écrit au président birman, au président du Parlement ainsi qu’au commandant en chef des forces armées. Elle veut les rencontrer afin d’évoquer la façon dont la volonté du peuple sera prise en compte par ces hommes actuellement aux responsabilités.

    En d’autres termes, elle veut parler de transfert de pouvoir, un transfert qu’elle souhaite « pacifique » pour former un gouvernement de « réconciliation nationale ». Avant le scrutin, Aung San Suu Kyi avait essayé à maintes reprises de rencontrer le chef de l’armée. Il n’avait jamais donné suite.

    Les « félicitations » de l'armée

    Quels que soient les résultats définitifs de l’élection de dimanche, l’armée jouera toujours un rôle prépondérant sur la scène politique birmane. Les militaires ont le droit de veto pour toute révision constitutionnelle. Le chef de l’armée a la main sur les ministères les plus importants. c’est lui, et non pas le pouvoir politique qui choisit les ministres de la Défense, de l’Intérieur, et des Affaires frontalières.

    Ce mercredi 11 novembre cependant, le gouvernement sortant en Birmanie a promis de « transférer le pouvoir pacifiquement » si la victoire de l'opposante Aung San Suu Kyi et de son parti LND aux élections de dimanche se confirmait. « En tant que gouvernement, nous nous soumettrons au choix des électeurs », a annoncé le ministre de l'Information Ye Htut dans un communiqué officiel. « La LND l'a emporté dans de nombreux endroits, félicitations pour cela », ajoute ce document.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.